Le cyclisme en ville dangereux pour la santé ?

Le cyclisme en ville dangereux pour la santé ?

DirectLCI
POLLUTION - Selon une récente étude, se déplacer dans les grandes villes à vélo peut être mauvais pour le cœur. Les scientifiques ont constaté que les cyclistes respirent des milliards de particules fines émises principalement par les véhicules diesel. Ces polluants réduisent la capacité du cœur pendant cet exercice.

Une solution pour l'environnement, mais un risque pour la santé. Pour limiter la pollution de l'air de nombreuses associations et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) appellent les particuliers à remplacer les déplacements en voiture par les transports publics ou par la marche et le vélo. Mais cette dernière alternative ne serait pas sans risques dans les villes justement très embouteillées selon des chercheurs du Trinity College dont l'étude est publiée dans le quotidien The Australian.
Leur étude révèle que le cyclisme dans ces conditions s'avère réellement néfaste pour le cœur et les poumons en raison de l’absorption des particules fines. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont se sont penchés sur le cas de 32 cyclistes en bonne santé, roulant principalement sur des routes peu embouteillées. Les piétons seraient également exposés aux mêmes dangers, mais dans une moindre mesure puisqu'ils ne fournissent pas la même quantité d'effort.

Ne pas en faire n'importe où, n'importe quand

En 2011, une autre étude menée par Université de Londres avançait déjà que les cyclistes en milieu urbain inhalaient d'importants taux de carbone noir. Elle avait permis de démontrer que les citadins qui se rendaient au travail à vélo présentaient 2,3 fois plus de carbone dans les poumons que les piétons. Or, le carbone noir peut être responsable du dérèglement des fonctions pulmonaires, causer la détresse respiratoire et provoquer des crises cardiaques.

"Les habitants des villes où l’air est fortement pollué souffrent davantage de cardiopathies, de problèmes respiratoires et de cancer du poumon que ceux des villes où l’air est plus propre", explique l'OMS dans un guide pratique. En octobre 2013, l'organisation a d'ailleurs décidé de classer la pollution de l'air extérieur comme cancérigène car "'il existent des preuves suffisantes pour dire que l'exposition à la pollution de l'air extérieur provoque le cancer du poumon".

Quelles solutions adopter ? Il est conseillé d'éviter les zones fortement fréquentées, de choisir des horaires pendant lesquels le trafic est réduit et d'éviter de rouler derrière les bus et les camions roulant au diesel. Quand aux masques antipollution, leur utilité n'est pas optimale : la plupart des particules sont beaucoup trop fines pour être filtrées. Reste que le cyclisme est un sport aux nombreux bienfaits (développement des muscles, de l'endurance) et dont les avantages l'emportent sur les risques.
 

Plus d'articles