Le gouvernement veut limiter le remboursement des lunettes par les mutuelles

Le gouvernement veut limiter le remboursement des lunettes par les mutuelles

DirectLCI
SANTE - Le gouvernement prévoit de limiter la prise en charge des lunettes par les mutuelles à 450 euros à partir de 2015, croient savoir Les Echos. L'objectif de ce projet de décret revu pour la deuxième fois est de réduire les prix du marché et donc de limiter la facture pour les patients, alors que les lunettes françaises sont parmi les plus chères d'Europe.

À partir de 2015, la prise en charge des lunettes par les mutuelles ne devra pas dépasser les 450 euros. Une information en provenance des Echos , qui affirme que "l’exécutif est en train de finaliser un décret qui fixe des plafonds pour la prise en charge des frais d’optique" pour obliger les complémentaires santé (mutuelles, assurances et institutions de prévoyance) à se plier à un nouveau cahier des charges. Le but affiché est de limiter la facture des patients, "dans un domaine où les tarifs sont libres et dont la Sécurité sociale s’est presque totalement désengagée", précise le journal.

Une première version de ce projet de décret , présenté en mars avait suscité l'ire des opticiens, des fabricants de lunettes et de montures ainsi que de certaines complémentaires : le gouvernement prévoyait un remboursement limité à 450 euros tous les deux ans à partir de 2015, mais ce plafond aurait ensuite été abaissé progressivement à 300 euros en 2018. Avec cette nouvelle mouture, il semble avoir pris en compte cette levée de boucliers. Maintenant, un maximum de prise en charge de 450 euros à partir du 1er janvier prochain est toujours prévu. Mais rien au-delà de cette date.

Une facture trop élevée en France

"Autrement dit, le plafond serait maintenu à ce niveau jusqu’à nouvel ordre", souligne Les Echos, qui précise que ces limites sont susceptibles de changer dans les jours qui viennent car le décret n’est pas finalisé. Selon une récente étude de l'association de consommateur UFC-Que Choisir , les Français subissent les prix les plus élevés d’Europe, avec un budget lunettes par habitant supérieur de 50 % à la moyenne. "Ils paient ainsi la facture d’une grande opacité et d’une insuffisante concurrence, qui conduisent à un prix de vente moyen de 470 €, hors de portée pour beaucoup", explique-t-elle.

Du côté des opticiens, cette annonce a été accueillie avec méfiance. "Le système proposé par le gouvernement conduira au mieux pour le consommateur à une augmentation de son reste à charge, ou à une diminution de la qualité du dispositif. Au pire, il entraînera une augmentation des frais de santé et la disparition de nombreux magasins d’optique avec suppression de milliers d’emplois non délocalisables ", affirme le Syndicat des Opticiens Entrepreneurs qui demande au gouvernement de suspendre la publication du décret et "d’organiser une concertation avec tous les acteurs concernés".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter