Le jeûne par intermittence : le nouveau régime à la mode, mais risqué

Le jeûne par intermittence : le nouveau régime à la mode, mais risqué

DirectLCI
ALIMENTATION - Alors que de nombreuses personnes ont pris comme bonne résolution de perdre les quelques kilos accumulés pendant les fêtes de fin d'année, le jeûne par intermittence, appelé "intermittent fasting" en anglais, fait de nombreux adeptes depuis plusieurs mois.

Perdre quelques kilos après les fêtes est sûrement la résolution numéro un au lendemain du nouvel an. Parmi toutes les méthodes de régime qui commencent à envahir les couvertures de magazine, le jeûne reste l'une des plus évoquée. Un article publié sur le site du journal The Independent, révèle que des nutritionnistes de l'association British Nutrition Foundation commencent à s'interroger sérieusement sur un nouveau phénomène : le jeûne par intermittence.

Cette tendance provient en partie de l’engouement pour le régime 5:2, qui s’inspire de l'ouvrage The Fast Diet de Michael Mosley et Mimi Spencer. Ce régime encourage à réduire sa consommation de calories certains jours de la semaine. Ainsi, deux jours par semaine, on ne mange qu'un quart des calories habituellement consommées par jour (soit 500 calories pour les femmes et 600 pour les hommes), et on continue de manger normalement le reste de la semaine.

Attention à ne pas déséquilibrer son alimentation

De nouveaux régimes du même genre ont récemment vu le jour, à l'instar du régime 4:3, pensé par le docteur Krista Varady, auteur du livre Every Other Day. Ce dernier préconise de jeûner un jour sur deux. Les défenseurs de ce type de régime promettent une importante perte de poids et une baisse de l’appétit. Ils soulignent aussi des effets positifs sur l'espérance de vie, la jeunesse et il préviendrait même la sénilité. Mais ce type d'alimentation pose aussi des problèmes.

Certains nutritionnistes mettent en garde contre l'idée de jeûner plusieurs jours par semaine. "Ce régime est dangereux car il entraîne une fonte de la masse musculaire. Mais les cardiaques sont les plus à risque car les jeûnes sont à éviter pour ces personnes. De plus, le fait d'alterner notre quantité d'alimentation accentue le mécanisme de "survie" de notre corps et donc sa capacité à stocker les graisses", soulignait dans un récent article metronews Florence Pujol, auteur de Je mange et je suis bien.

En outre, "les privations peuvent entraîner une obsession pour la nourriture et ensuite encourager à trop manger les jours d'alimentation normale", comme l'a confié Heather Mangieri, porte-parole de l'American Dietetic Association à LiveScience . Enfin, les nutritionnistes craignent que les personnes qui suivent de tels régimes se reportent sur des aliments peu équilibrés. Prudence donc, il est recommandé de consulter un médecin avant d'entamer de tels régimes car le jeûne n'est pas une pratique à prendre à la légère.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter