Les bébés boudeurs, plus susceptibles de devenir obèses ?

Santé

HUMEUR BOUDEUSE – Quand vous lui dites non, votre enfant se met à bouder ou à pleurer ? Attention ! Cette réaction pourrait être annonciatrice d’une future prise de poids, selon une étude américaine.

Et si l’humeur d’un bébé pouvait influencer sa prise de poids ? C’est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude publiée dans la revue Childhood Obesity. Les auteurs des travaux pensent que les enfants qui ont tendance à bouder ou à pleurer, et donc à se calmer moins vite après une crise, sont plus à risques de devenir obèses en grandissant. Mais pourquoi ? Tout bonnemant parce qu'une fois, plus âgé, ils se nourriraient davantage afin d'apaiser leurs frustrations.  Un grand classique.

Des petits cobayes à l’épreuve

Pour arriver à ce constat, les chercheurs de l’université de Buffalo (Etats-Unis) ont mené l’expérience sur 105 bébés, âgés de 9 à 18 mois. Les scientifiques leur ont montré qu’en appuyant sur un bouton, ils pouvaient obtenir une récompense. Il s’agissait soit de leur aliment préféré, soit de la possibilité de faire des bulles, soit de regarder un bout de film ou encore d’écouter de la musique. Mais plus l’expérience avançait, plus les bébés ont éprouvé des difficultés à obtenir leurs récompenses. La raison : les petits cobayes devaient appuyer plusieurs fois sur le bouton.

En parallèle, les parents ont rempli un questionnaire renseignant le tempérament de leur progéniture et ses goûts. 

Les plus calmes choisissent moins la nourriture

Verdict : les bébés les plus calmes et les plus câlins (selon les renseignements des parents) sont ceux qui gagnaient le plus de récompenses. En effet, ces bouts de choux étaient plus enclins à fournir des efforts pour obtenir leurs dus. Les chercheurs ont fait un autre constat, plus intéressant encore : ces derniers préféraient une autre récompense à la nourriture, contrairement aux bébés qui s’énervaient plus facilement et mettaient plus de temps à se calmer. 

Récompenser son enfant avec une sortie plutôt qu’avec un bonbon

Ainsi, les scientifiques pensent que le risque d’obésité et de surpoids est augmenté en fonction du tempérament de l’enfant. Pour l’auteure principale des travaux, Kai Ling Kong, ces résultats donnent une piste de réflexion pour les parents en cas de crise : "En utilisant des récompenses non-alimentaires, comme un tour au bac à sable ou un jeu en plein air, on peut réduire la tendance des enfants à trouver du plaisir dans la nourriture."  Réfléchissez donc à deux fois avant de céder aux caprices de votre aîné, hystérique parce que vous lui refusez sa sucrerie préférée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter