"Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts" : qu'a voulu dire Olivier Véran ?

Pour beaucoup, la notion de cas contact n'est pas claire. Nous vous apportons quelques explications.
Santé

ÉPIDÉMIE - À l'occasion de son point hebdomadaire sur la situation sanitaire ce jeudi, Olivier Véran a rappelé quelles étaient les règles en vigueur pour les personnes considérées comme cas contacts.

Vous avez été à proximité d’une personne contaminée par le coronavirus ? Vous êtes peut-être alors ce qu’on appelle un "cas contact". Peut-être, car pas nécessairement : les personnes-contacts sont celles entrant dans un cadre bien précis. Ainsi, croiser brièvement un malade du coronavirus dans la rue ne fait pas de vous un cas contact, surtout si vous portez un masque, et encore moins si lui aussi. 

Un élément qu'a rappelé Olivier Véran ce jeudi 17 septembre, lors de son point hebdomadaire sur la situation sanitaire et la stratégie de lutte contre la propagation du Covid-19 en France. "Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts", a notamment souligné le ministre de la Santé.  

"La méthode des trois 7"

Une conférence de presse lors de laquelle Olivier Véran a également détaillé la marche à suivre, qualifiée de "méthode des trois 7" : "L'isolement, c'est sept jours après l'apparition des symptômes quand on est malade. L'isolement, c'est sept jours après un test positif quand on est asymptomatique. Et, l'isolement, c'est sept jours après le dernier contact avec une personne malade après réalisation d'un test à sept jours." 

Lire aussi

"Je me permets de rappeler : quand on est cas contact, il n'est pas utile d'aller faire un test immédiatement", a poursuivi le ministre. "Quand on nous dit qu'on est cas contact, on reste chez soi et, sept jours après le dernier contact avec la personne malade, on va se faire tester. Et si le test est négatif, alors, on peut sortir de la période d'isolement, avec prudence pendant encore une semaine." 

Cas contact : des situations bien précises

De fait, le premier critère pour être considéré comme cas contact est l’absence de protection. Techniquement, Jean Castex, qui avait dû s'isoler après avoir passé la journée aux côtés du directeur du Tour de France, testé positif deux jours plus tard, n'était donc pas cas contact à proprement parler. Et pour cause, Matignon avait alors que le Premier ministre et Christian Prudhomme "portaient tous deux un masque et ont respecté les gestes barrières" lorsqu’ils étaient ensemble. 

À l’inverse les situations considérées comme à risque et pouvant donc vous amener à être considéré comme un cas contact sont les suivantes : le fait de partager le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ; avoir eu - sans masque donc - un contact direct en face à face à moins d’un mètre, type conversation, repas, accolade, quelle que soit la durée du contact ; être resté dans un espace confiné avec un cas (bureau, véhicule…) pendant au moins 15 minutes ; être resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuements. 

En vidéo

Qu'est-ce qu'un cas contact ?

Première consigne : s'isoler

Identifier rapidement tous les cas contacts d’une personne testée positive est primordial pour casser les chaînes de transmissions, et ainsi lutter au mieux contre la propagation de l’épidémie.

Si vous êtes identifié comme cas contact, l’Assurance Maladie vous contactera. À partir de là, la première consigne est de s’isoler, pour éviter de contaminer d’autres personnes si vous êtes vous aussi infecté, y compris "si j n’ai pas de signe", précise Santé publique France, qui rappelle qu’"on peut être contagieux 48h avant l’apparition des signes ou être infecté sans avoir de signes de la maladie".

Faire un test

En plus de s’isoler, il faudra aussi se faire tester. En l’occurrence, le moment où faire le test dépend des situations. Le test doit être fait immédiatement en cas de symptôme, ou si vous vivez sous le même toit que la personne malade (dans ce dernier cas, un second test devra être refait plus tard). Si non, il doit être fait sept jours après votre dernier contact après la personne malade. C’est pour cela, d'ailleurs, que Jean Castex a annoncé qu’il se ferait tester à nouveau, même s’il a été testé négatif mardi 8 septembre. À noter que le test pour les cas contacts se fait sans avoir besoin d’ordonnance.

Dans tous les cas de figure, l’isolement est de mise jusqu’au résultat du test. Si celui-ci est positif, signe d’une infection, il faudra rester isolé jusqu’à la guérison. Par ailleurs l’Assurance Maladie vous recontactera pour identifier les personnes qui ont été en contact avec vous. Dans le cas d’un test négatif, le protocole requiert de poursuivre l’isolement jusqu’au 14e jour après votre dernier contact avec la personne malade, mais cet isolement peut être allégé. Il est alors possible de sortir de chez vous, tout en respectant certaines précautions, détaillées par Santé publique France : 

- Limiter les sorties à l’essentiel

- Sortir systématiquement avec un masque

- Ne pas prendre les transports en commun

- Rester en télétravail

- Éviter les contacts avec les personnes fragiles

- Continuer à appliquer les gestes barrières

Surveiller sa santé

Bien évidemment, les personnes identifiées comme cas contact doivent surveiller leur santé toute la durée de leur isolement, même en cas de test négatif. Il est notamment recommandé de prendre sa température deux fois par jour, et de guetter l’apparition de symptômes éventuels. "Si un ou plusieurs signes apparaissent, même faiblement ou si j’ai un doute, j’appelle sans délai mon médecin traitant qui pourra me prescrire un nouveau test", précise Santé publique France.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Suivez toute l'actualité en direct sur LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 13.000 cas recensés en 24 heures en France

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : 3000 contenus supprimés, 1000 sites déréférencés

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

EN DIRECT - Présidentielle américaine : Donald Trump attaque le "désastreux" Dr. Fauci "et tous ces idiots" lors d'un appel avec ses équipes

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent