Les cicatrices, bientôt de l’histoire ancienne ?

Les cicatrices, bientôt de l’histoire ancienne ?
Santé
DirectLCI
INESTHÉTIQUE – Des chercheurs américains ont trouvé comment favoriser la régénération de la peau et éviter la formation de cicatrices disgracieuses. Une prouesse.

Pendant la préparation du repas, lors d’une séance d’épilation ou d’une virée en vélo, une blessure est vite arrivée. Ce petit bobo peut alors vite laisser place à une vilaine cicatrice s’il n’est pas bien désinfecté. Mais ce processus naturel de la peau, considéré bien souvent comme inesthétique, pourrait bientôt devenir un mauvais souvenir.


Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Science, des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie (Etats-Unis) expliquent avoir mis au point une méthode permettant de contrôler la cicatrisation. 

La méthode : transformer des cellules

Normalement, lors de la cicatrisation, le tissu fibreux cicatriciel remplace le tissu normal de la peau. Mais ici, les chercheurs ont planché sur un moyen de régénérer la peau avant qu’elle ne cicatrise. Comment ? Ils ont transformé les cellules présentes dans le tissu cicatriciel (les myofibroblastes) en cellules graisseuses (adipocytes). Ainsi, la peau a pu se régénérer. De plus, les poils ont pu repousser comme sur un épiderme exempt de toute cicatrice. 


Cette technique a pour l’instant fait ses preuves sur des rongeurs mais aussi sur des cellules chéloïdes humaines, in vitro. Celles-ci sont présentes dans les cicatrices inflammatoires, durcies et boursoufflées. Preuve qu’il est possible d’influencer les cellules au cours de la cicatrisation de la peau. Si d’autres recherches sont nécessaires, la chasse aux cicatrices est lancée, et peut être même celle aux rides. Les scientifiques envisagent d’utiliser le même processus pour élaborer de nouveaux traitements anti-âge. 

En vidéo

L'épilation définitive, une intervention pas si anodine, selon ce dermatologue

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter