Les Français ont pris en moyenne 2,5 kilos durant le confinement, et alors ?

Les Français ont pris en moyenne 2,5 kilos durant le confinement, et alors ?
Santé

SONDAGE - Selon une étude réalisée fin avril par l'Ifop, les Français auraient pris en moyenne 2,5 kilos durant le confinement. Mais il faut cependant arrêter de culpabiliser !

Moins de sport, plus de stress, plus de grignotages, le confinement nous a fait perdre nos bonnes habitudes... Ou a aggravé nos mauvaises. Le résultat est sur la balance : les Français et Françaises ont en tout cas pris en moyenne 2,5 kilos depuis le 17 mars.

Ce chiffre, repéré par nos confrères du Parisien, vient d'une étude sur "l'impact du confinement sur le poids et l'équilibre de l'alimentation", réalisée par l'Ifop pour Darwin nutrition, un site dédié à l'alimentation saine.

Les apéros et le chocolat coupables ?

Deux suspects sont particulièrement visés pour expliquer cette prise de poids globale : les apéros et le chocolat. D'après l'Ifop, 42 % des sondés font en effet "plus qu'avant" une pause sacrée - et alcoolisée - de fin journée, et plus de 2 personnes sur 10 avouent avoir consommé davantage de chocolat qu'à l'accoutumée. Résultat : les résultats montrent qu'environ 57 % des Français ayant répondu au sondage ont grossi.

Mais hormis une passion commune pour les bonnes choses, quelles caractéristiques communes les Français, désormais un peu étriqués dans leur pyjama, ont-ils ? En se basant sur l'indice de masse corporelle de chacun, il semblerait que les personnes maigres et obèses soient celles qui aient pris davantage de poids. Autre fait curieux : il semblerait que "les femmes de l'agglomération parisienne", "les hommes des communes rurales" et "les familles nombreuses" aient davantage grossi. A noter cependant : 29 % des confinés ont, eux, perdu des kilos.

Lire aussi

Vous en faites partie ? Pas de panique

Que vous soyez dans un cas comme dans l'autre : pas de panique. Sauf, bien entendu, en cas de prise ou perte de poids extrême, qui doivent vous pousser à consulter des professionnels de la nutrition et de la santé. Pourquoi ? Tout simplement car ces 2,5 kilos ne correspondent même pas à une taille supplémentaire de pantalon. Alors pas de raison de s'infliger sport à outrance et régime tyrannique dès la sortie du confinement.

Cette traque du kilo en trop, en plein milieu d'une crise sanitaire internationale, a d'ailleurs été largement décriée sur les réseaux sociaux. Plusieurs jeunes femmes - principales cibles des diktats de la minceur - ont rappelé le droit "de voir nos corps changer" sans culpabiliser. Notamment durant une période de grand stress, comme celle que nous traversons ces dernières semaines.

"J’en ai marre de voir les injonctions à "manger léger", à "faire attention". Non mais sérieusement ? Des gens sont en train de mourir", a notamment dénoncé Louise Aubéry dans un post Instagram partagé des centaines de milliers de fois. "Cette période est déjà assez merdique comme ça pour qu’en plus on nous fasse culpabiliser pour manger ce qui nous fait plaisir".

Toute l'info sur

Nos conseils face au confinement

Consultation psy #28 - Ne pas se toucher, ce n’est pas humain !Consultation psy 27 - Travail, logement, conjoint... Vous avez envie de tout changer ? C'est normalConsultation psy#26 : que faire face à "la peur du déconfinement" ?

Le Docteur Xavier Pothet, invité sur le plateau de la matinale de LCI ce mercredi, rappelle néanmoins qu'une prise de poids peut-être un facteur de risques cardio-vasculaires. Un conseil de ce médecin généraliste : reprendre "une activité physique modérée, de façon progressive, en étant à l'écoute de son corps". Comme le dit notre présentatrice, Anne de la Tour du Pin, "deux kilos et demi, on les perdra plus tard". Ou pas, et ce n'est pas grave.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent