Les Français recyclent davantage leurs vieux médicaments

Les Français recyclent davantage leurs vieux médicaments

DirectLCI
SANTE - La collecte des médicaments non utilisés a légèrement augmenté en 2013 par rapport à 2012, indique l'association Cyclamed. Une progression qui montre que ce type de recyclage devient, à l'instar des déchets, un véritable réflexe.

Le recyclage n'est pas uniquement destiné aux ordures, il concerne aussi les médicaments. Une information dont les Français semblent avoir conscience en grande majorité puisqu'ils sont de plus en plus nombreux à ramener leurs boîtes non utilisées en pharmacie. Preuve en est avec le dernier sondage de l’association Cyclamed qui regroupe plusieurs professions pharmaceutiques (pharmaciens d'officine, grossistes répartiteurs et laboratoires pharmaceutiques).

Son étude indique que la collecte des médicaments non utilisés (MNU) a progressé de 3,2 % en 2013 par rapport à 2012, avec 14 730 tonnes rapportées dans les pharmacies françaises. "Cette évolution s’explique principalement par le lancement de deux spots TV avec un plan médias mobilisant plus particulièrement les mères de famille. La fidélisation des consommateurs à ce geste et la dynamique plus grande du tri des déchets en général expliquent également cette performance", explique cette dernière.

Pour l'environnement et la santé

Parmi les personnes interrogées, 70 % affirment avoir pris l'habitude de "toujours" les rapporter (contre 63 % en 2013) et 17 % le font "souvent", "ce qui montre une fidélisation accrue d’une grande partie de la population", commente l'association. La démarche est principalement acquise chez les seniors et les habitants d’une agglomération de plus de 100 000 habitants. Dans 9 cas sur 10, le dépôt se fait après le tri de son armoire à pharmacie lors du nettoyage de printemps et non en fin de traitement.

La protection de l'environnement est perçue comme la première raison (93 %) mise en évidence par les sondés. Le dispositif permet en effet d'éviter les rejets médicamenteux dans la nature : décharge, eaux de surface et souterraines. Vient ensuite la valeur de sécurité sanitaire (88 %) pour éviter les accidents domestiques : les médicaments jetés à la poubelle, dans les toilettes ou dans l'évier représentent la source d'une intoxication d'enfant sur deux", avertit l'association.

Le Poitou-Charentes en tête


L'étude établit également un classement des régions, qui ne sont pas encore toutes sur le même pied d'égalité en ce qui concerne ce "geste éco-citoyen". Ainsi, sur le critère des quantités rapportées par habitant, les trois régions en tête sont le Limousin (397 grammes par habitant), la Picardie (305 g) et la Champagne-Ardenne (285 g). Mais les trois régions qui ont marqué la plus forte progression, entre 2012 et 2013 sont l'Alsace, le Languedoc-Roussillon et le Poitou-Charentes.

Au final, le classement de Cyclamed basé sur ces deux critères met le Poitou-Charentes en tête, suivie de la Bourgogne et du Limousin. Plusieurs mesures ont été prises par les pouvoirs publics ces dernières années pour éviter le gaspillage de médicaments. La dernière en date consiste à l'expérimentation de la vente à l'unité : en octobre 2013, l'Assemblée nationale a donné son feu vert pour des premiers essais chez des pharmacies volontaires pendant trois ans, et seulement avec des antibiotiques.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter