Les gens qui ont des grosses têtes sont-ils plus intelligents ?

Santé
INTELLIGENCE - C’est une bonne nouvelle pour les petites têtes. La taille du cerveau n’influence pas les capacités intellectuelles, selon une étude autrichienne.

Ce n’est pas la taille du cerveau qui compte. L’étude, réalisée par Jakob Pietschnig, chercheur en sciences cognitives à l’Université de Vienne, tord le cou à l’idée qui associe la taille du cerveau et les performances intellectuelles de l’être humain. Ce lien a été longtemps surestimé par la science.

Les chercheurs ont observé 8000 cerveaux différents. Pour mener à bien leur étude, ils ont eu recours à des méthodes non-invasives du cerveau, par le biais de l’IRM (Imagerie par résonance magnétique) et ont consulté 88 études sur le sujet. Les participants ont été soumis à un test d’intelligence. Résultat : les personnes qui disposent du plus gros cerveau ont obtenu des résultats inférieurs à la moyenne. L’étude a été publiée dans la revue Neuroscience & Biobehavioral Reviews .

Les idées reçues volent en éclat

En mettant en perspective le cerveau humain avec celui des autres mammifères, on constate que les capacités intellectuelles ne sont pas proportionnelles à la taille du cerveau et celle de son propriétaire.
Le cerveau de l’éléphant pèse environ 5 kilos contre 1,35 kilo pour l’homme. Quant à celui du cachalot, il pèse environ 9 kilos.

Les chercheurs autrichiens mettent aussi à mal, chez l'être humain, les idées reçues sur les inégalités intellectuelles hommes/femmes. Même si la taille du cerveau masculin est, en moyenne, supérieure à celle de la femme, ses capacités intellectuelles ne sont pas plus développées.

À LIRE AUSSI >>  Deux cerveaux communiquent par télépathie

On a disséqué le cerveau d'Einstein : ce n'est pas la taille qui compte

En réalité, les facteurs d’intelligence décisifs s’expliquent par "l’agencement du cortex, du mésencéphale (ou cerveau moyen, NDLR) et du cervelet ainsi que la bonne connexion de la matière blanche et de la matière grise", d’après le Docteur Jakob Pietschnig, auteur de l'étude.

Si la taille n’est qu’un détail, l’organisation du cerveau s’avère être un élément-clé à l’image du plus célèbre cerveau l’Histoire. Après la mort d’Albert Einstein en 1955, plusieurs médecins ont étudié son cerveau. Ils se sont aperçus qu’il était plus petit que la moyenne (1.230 grammes). En revanche, le cerveau du physicien présentait une organisation complexe, particulièrement dans les zones permettant le raisonnement.

À LIRE AUSSI
>>
La drogue réduit le cerveau des femmes (mais pas des hommes)
>>
Voici de qu'il se passe dans votre cerveau quand vous avez le coeur brisé

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter