Les homosexuels bientôt autorisés à donner leur sang ?

Les homosexuels bientôt autorisés à donner leur sang ?

DirectLCI
DON DU SANG - Un rapport remis mardi 16 juillet à la ministre de la santé sur l'organisation de la filière du sang préconise de mettre fin à l'éviction des homosexuels du don du sang.

C'était il y a quelques semaines, le 14 juin. Le monde célébrait la Journée mondiale du don du sang, et la France était désignée pays hôte par l'OMS. Une initiative saluée par les acteurs de la filière et les associations, mais qui ne doit pas cacher une discrimination qui dure depuis trois décennies, comme le rappelle l'association "Pourquoi sang priver" sur son site.

À LIRE AUSSI >> Etats-Unis : les gays pourraient bientôt donner leur sang... s'ils sont abstinents

"Cette année pour nous ce sera surtout l'occasion de malheureusement célébrer le 30e anniversaire de l'exclusion des HSH (Homme ayant des rapports sexuels avec des hommes) au Don du Sang", écrit-elle.

S'appuyer sur les pratiques et non pas sur l'orientation

Le rapport du député PS Olivier Véran sur la filière du sang , remis mardi au ministère de la Santé, vient remettre la question sur la table : il préconise en effet de mettre fin à cette interdiction. Plutôt que de se focaliser sur "l'orientation sexuelle" du donneur, le rapport suggère de faire évoluer le questionnaire appliqué aux donneurs "vers le niveau de risque individuel du donneur".

Comme le note Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter-LGBT qui regroupe les associations de défense des droits des homosexuels, "il s'agit avant tout d'une révision des critères, c'est important de le formuler ainsi : le questionnaire rempli par les donneurs potentiels devrait essentiellement s'appuyer sur les pratiques sexuelles des personnes, comme il le fait déjà par les hétérosexuels, et non pas sur leurs orientations sexuelles". Et de rappeler que l'interdiction ne vise pas seulement la population homosexuelle masculine, mais tout homme ayant eu au moins une fois dans sa vie une relation sexuelle avec un autre homme (HSH). "C'est discriminant et incohérent", dénonce Nicolas Gougain.

50 % des donneurs séropositifs sont hétérosexuels

"Je ne trouve pas normal qu'il y a de discrimination, avait déclaré la ministre Marisol Touraine le 14 décembre 2012. Pour autant, je ne peux lever l'interdiction que si on me donne une garantie absolue que cela n'apportera pas davantage de risques pour ceux qui seront transfusés." Selon l'Institut national de veille sanitaire (InVS), le nombre de personnes contaminées par le VIH est 65 fois plus élevé parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes que parmi les hétérosexuels. De plus, le nombre de nouvelles infections enregistrées chaque année dans cette population est 200 fois plus élevé. Pour les autorités sanitaires, ces chiffres justifient l'éviction des homosexuels du don du sang.

L'InVS note néanmoins qu'une partie des donneurs de sang cachent leur homosexualité. L'institut estime ainsi le risque de contamination au VIH par des homosexuels ayant donné leur sang sans mentionner leur orientation sexuelle à 1 sur 3 millions. Si tous les HSH avaient respecté la consigne de ne pas donner leur sang, le risque serait diminué de moitié. Des statistiques qui doivent toutefois être mises en parallèle avec une autre étude de l'InVS  : entre 2008 et 2010, 28 séroconversions au VIH sont survenus chez des donneurs réguliers, représentant un risque de contamination de 1 sur 2 900 000 dons. La moitié de ces séroconversions concernaient des personnes hétérosexuelles.

Plus d'articles