Les lesbiennes auraient plus d'orgasmes que les hétéros

Les lesbiennes auraient plus d'orgasmes que les hétéros
Santé

SEXE – Selon des chercheurs américains, enquêtant sur le rôle de l’orientation sexuelle en matière d’orgasme, les homosexuelles auraient une vie sexuelle plus épanouie.

Le septième ciel, plus accessible pour les lesbiennes ? C'est ce qu'affirment les résultats d'une étude très sérieuse. Menée par des scientifiques du  Kinsey Institute , elle a été publiée par le réputé " Journal of Sexual Medicine" . Ces chercheurs ont voulu analyser l’influence de l'orientation sexuelle en matière d'orgasme. Ils ont organisé en 2011 une vaste étude via un questionnaire en ligne, portant sur 6 151 hommes et femmes âgés de 21 à 65 ans. Parmi eux, 2 850 célibataires, dont 1 497 hommes et 1 353 femmes qui ont eu des relations sexuelles les 12 mois précédant l'enquête y ont répondu.

Les femmes homosexuelles affirment ainsi atteindre l'orgasme dans près de 75 % de leurs relations contre 62 % pour les hétérosexuelles. Dans le détail, 25 % d'entre elles déclarent en avoir eu un lors de chaque rapport et 46 % atteignent l'orgasme plus de trois fois sur quatre. A l'inverse, très peu d'entre elles confient ne pas atteindre l'orgasme du tout : 2,2 %. De manière générale, l’étude révèle aussi que les hommes hétérosexuels atteignent l'orgasme dans 85 % des cas, tout comme les gays à près de 84,7 %.

Une piste de traitement pour les couples, quelle que soit leur orientation

Un résultat qui a étonné les chercheurs… Pourquoi les relations lesbiennes permettent-elles d'atteindre le septième ciel plus souvent que les autres ? Deux hypothèses sont évoquées par ces derniers : la durée de l'acte – qui serait plus longue chez les lesbiennes – et le fait que les femmes connaissent mieux - de fait - le corps féminin. "Une théorie possible est que les lesbiennes sont plus à l'aise et familières avec le corps féminin", notent les chercheurs. "Ainsi, en moyenne, elles obtiennent plus de succès à provoquer l'orgasme chez leurs partenaires".

Interviewé par le HuffPost américain , Justin Garcia, professeur adjoint des études de genre et directeur à l'institut Kinsey à l' Université d'Indianna explique : "On connaît peu d'occurrences sur l'orgasme chez les femmes et les hommes de toutes orientations sexuelles au travers la durée de vie des adultes. Comprendre les facteurs qui influencent l'orgasme chez les minorités sexuelles peut aider à adapter les thérapies comportementales pour ceux qui ont d'autres orientations sexuelles."

"En apprendre davantage sur l'orgasme dans les relations de même sexe peut donner naissance à un traitement pour les couples sous toutes ces formes. Ces résultats peuvent contribuer à la promotion d'une meilleure approche de la santé sexuelle plus éclairée et positive" a conclu le professeur. Une contribution plus bénéfique à la science qu’aux hommes en somme.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter