Les méfaits de la nuit blanche sur le cerveau

Les méfaits de la nuit blanche sur le cerveau

DirectLCI
SANTE - Selon une récente étude suédoise, une nuit de privation de sommeil augmenterait la concentration de deux types de molécules, généralement présentes dans le sang en cas de lésions cérébrales.

Vous avez réveillonné jusqu'au bout de la nuit ? Ce n'était pas forcément une bonne idée… Si la fatigue qui résulte d'une nuit blanche est facilement rattrapable, ses conséquences sur le cerveau sont, elles, beaucoup plus importantes. Telle est la conclusion de scientifiques suédois de l'université d'Uppsala dont l'étude parue dans la revue Sleep devrait inciter les fêtards à aller se coucher plus souvent. Pour ces chercheurs, un sommeil régulier serait plus que crucial pour le maintien de la santé du cerveau.

Pour en arriver à cette conclusion, ils ont analysé le sang prélevé le matin chez 15 jeunes hommes en bonne santé. Certains venaient de dormir huit heures, et d'autres pas du tout. Chez ces derniers, ils ont constaté une hausse d'environ 20 % de la concentration de deux molécules spécifiques aux neurones : l'énolase et la protéine S-100B. "Le nombre de ces molécules du cerveau augmente habituellement dans le sang à l'occasion des lésions cérébrales", indique le coordinateur de l'étude, Christian Benedict.

Le sommeil nettoie le cerveau

En clair, ces molécules font office de biomarqueurs, soit un moyen naturel d'indiquer des dommages au cerveau, comme une commotion cérébrale. "Un manque de sommeil peut favoriser les processus de neurodégénérescence", ajoute Christiant Benedict dans le Daily Mail. "Le niveau de ces molécules que nous avons trouvé dans le sang des personnes qui n'ont pas dormi pendant la nuit n'était pas dans la même mesure qu'après une blessure à la tête, mais il était assez important".

Pour les chercheurs, cette étude appuie de précédents travaux qui reliaient le manque de sommeil à une augmentation du risque de la maladie d'Alzheimer, de Parkinson et de la sclérose en plaques. Elle fait d'ailleurs suite à une autre étude, publiée en octobre dans la revue américaine Science, qui avait conclu que le sommeil accélérait le nettoyage des toxines du cerveau. Or, la plupart des maladies neurologiques sont dues à l'accumulation de ces toxines.
 

Plus d'articles