Les préjugés qui font souffrir le mal de dos

Les préjugés qui font souffrir le mal de dos
En finir avec le mal de dos

VRAI/FAUX - Une dizaine de préjugés visent le mal de dos. Certains sont plutôt vrais, d’autres complètement faux. En général, ils révèlent de l’approximation autour de notre principal tuteur qui nous maintient droit et debout.

Casser du sucre sur le dos, ça peut faire mal. Au-delà des nombreuses douleurs chroniques touchant nos dos, quelques préjugés leurs mènent également la vie dure : les grands et les femmes souffrent davantage du mal de dos, il faut s’allonger durablement lorsqu’on a mal au dos et surtout moins de personnes souffrent du dos aujourd’hui. Florilège de quelques idées sinon fausses au moins imprécises.

Toute l'info sur

En finir avec le mal de dos

Lombaires, nuque, muscles du dos… des patchs chauffants volent à votre secours

Préjugé 1 : moins de monde souffre du mal de dos que par le passé

Commençons par la plus fausse des affirmations que nous avons choisies. 2 tiers des Français ont indiqué avoir eu mal au dos en 2019, tandis qu’ils n’étaient que moins d’un tiers en 1980 (30 %). Autrement dit, la proportion des malades du dos a doublé en 40 ans en France et bien d’autres pays doivent recenser une même progression. 

C’est assez simple à comprendre : nous sommes plus sédentaires qu’avant et notre masse musculaire dorsale et abdominale se développe moins. Notre ceinture abdominale atrophiée et peu entretenue ne nous protège plus comme il faudrait des différents aléas de la vie.

Préjugé 2 : il faut se reposer dès qu’on a mal au dos

Pendant longtemps, les médecins conseillaient de rester au lit pour soulager un mal de dos. Or, on sait aujourd’hui que s’allonger pendant 48 heures ne résout rien et peut même aggraver la douleur. Se coucher pendant une journée entière fait perdre environ 1 % de masse musculaire. Seules les personnes souffrant d’une "fracture instable de la colonne vertébrale" ou ceux qui sont en attente d’une chirurgie urgente doivent s’aliter.

Il vaut donc mieux modérer vos activités et trouver des positions confortables tout en continuant à bouger. Marcher ou faire un peu de vélo, par exemple, vous aidera à vous rétablir plus rapidement.

Préjugé 3 : le sport diminue le mal de dos

Tout dépend du sport et de l’âge du pratiquant. Globalement, l’activité physique renforce le dos. Il faudra vous échauffer avant et vous étirer ensuite, pratiquer régulièrement et graduellement en fonction de vos possibilités. Certains sports de contact, à l’instar du rugby ou du judo, peuvent générer des surmenages physiques et agresser les disques et les articulations intervertébrales. Si vous souffrez déjà de maux de dos, les médecins déconseillent la pratique de ces sports.

Préjugé 4 : plus on est âgé, plus on a mal au dos

Le dos vieillit naturellement. A partir de 50 ans, vous risquez davantage de faire de l’arthrose aussi bien au dos qu’ailleurs dans le corps. Le cou et le dos peuvent alors devenir raides et douloureux. Mais les adolescents en pleine croissance ou les quarantenaires s’exposent également aux maux de dos. A cet âge-là, par exemple, vous restez rapide et endurant mais vous n’écoutez pas forcément vos besoins et les signaux d’alarme envoyés par votre dos. Un coup de stress ou un geste imprudent et une lombalgie vient perturber votre quotidien.

Préjugé 5 : plus on est grand, plus on a mal au dos

C’est vrai pour les personnes de très grande taille. Si vous mesurez plus d’1,90 mètre, vous passez votre temps à vous pencher sur votre bureau ou sur votre plan de travail pour faire la cuisine par exemple. Or, plus on se courbe en avant, plus on appuie sur les disques intervertébraux. Vous risquez de souffrir de lombalgies chroniques ou de contractures musculaires. Il faudra vous muscler au maximum pour limiter l’impact de la pression de vos fléchissements répétés.

Préjugé 6 : les femmes ont plus mal au dos que les hommes

Difficile à affirmer. Dans son livre "Stop au mal de dos", Gilles Mindoloni rapporte que les femmes souffrent davantage du cou et du haut du dos au contraire des hommes aux douleurs plutôt lombaires. Il site des études expliquant que les femmes manquent de musculature dans le haut du dos alors qu’elles travaillent dans des domaines qui les obligent à se pencher (emplois de bureau, hôpital, crèches ou écoles). Les hommes, plutôt tournés vers la manutention ou la conduite automobile, s’appuient beaucoup sur le bas de leur dos et provoquent des lombalgies. Prenons des pincettes, il s’agit encore de généralités.

Cependant, sans surprise, la grossesse fait souvent mal au dos. La douleur croît généralement jusqu’au sixième mois avant de stagner ensuite. La prise de poids, la modification de la posture du corps (ventre bombé vers l’avant et bas du dos cambré en arrière), provoquent des contractures musculaires.

Préjugé 7 : le surpoids engendre du mal de dos

Il faut garder en tête que plusieurs facteurs simultanés provoquent des maux de dos. Mais une chose est sure, le surpoids favorise plusieurs pathologies : l’hyperlordose lombaire, la distension des muscles abdominaux ou la contracture des muscles du bas du dos et des fesses par exemple.

En réalité, l’alimentation joue un rôle important dans la préservation de la santé du dos. Les muscles et ligaments du dos se servent des éléments nutritifs pour se renouveler. Une bonne hydratation assure par exemple l’élasticité des disques et muscles intervertébraux. L’eau élimine également les toxines qui encrassent les articulations.

Préjugé 8 : le dos doit rester droit

"Tiens-toi droit !" Quel parent n’a jamais donné cette injonction à son enfant. Il faut en effet prendre l’habitude d’adopter la posture la plus droite possible. En vous tenant droit, vous exercez moins de pression sur vos disques et vous risquez moins de les endommager. 

Mais attention, un dos n’est pas droit. Différentes courbures augmentent la solidité de la colonne vertébrale. Observez quelqu’un de profil, vous remarquerez que le dos se forme d’une succession de courbures du cou jusqu’au bassin. Normalement, les courbures cervicales et lombaires sont creusées alors que la courbure dorsale est légèrement bombée. Gilles Mindoloni en donne la raison : "Les courbures font office de ressorts et amortissent l’écrasement des disques vers le sol à cause de la pesanteur. Les disques restent sains si le rachis conserve sa forme naturelle en toutes circonstances et si les écarts de courbure ne sont pas prolongés."

Nous aurions pu recenser d’autres préjugés : le tabac fait bien du mal au dos et les douleurs dorsales pourraient se révéler héréditaires. Le dos fait encore l’objet de beaucoup de recherches et les préjugés sont sans nul doute dans le collimateur.

>> Toutes les infos sur Le mal au dos sur Doctissimo

Découvrez le portrait d'Eva Ruchpaul pionnière du yoga en France dans ce podcast d'Expertes à la Une

Écoutez cet épisode et abonnez vous via votre plateforme d'écoute préférée :

- Sur APPLE PODCAST

- Sur DEEZER

- Sur SPOTIFY

« EXPERTES A LA UNE » part à la rencontre de CELLES qui ont des choses à dire.  Leur parole ne sera pas interrompue par le son d’une voix plus forte ou plus grave. Les Expertes seront à l’honneur dans ce podcast car le savoir ne doit pas se  résumer à une moitié de l’Humanité. Les invitées sont des femmes légitimes dans leurs domaines de compétence, leur voix doit être entendue. Parfois trop invisibles, je plonge dans chaque épisode au cœur de leur univers intime ou professionnel, sous la forme d’une conversation pour les mettre dans la lumière.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Lire et commenter