Les variants sont-ils créés par les vaccins, comme l'affirme un ancien prix Nobel ?

Le Pr Montagnier n'en est pas à sa première prise de position polémique sur les vaccins.

LES VÉRIFICATEURS AVEC L'INSERM - Reconnu pour sa découverte du VIH mais aujourd'hui décrié, le Pr Montagnier soutient que les variants du Covid-19 sont dus à la vaccination. De quoi faire bondir les spécialistes.

Anglais, indiens, brésiliens ou encore sud-africains, les variants donnent du fil à retordre aux autorités sanitaires. Quand certains se révèlent plus contagieux, d'autres semblent moins bien contrôlés par les vaccins et font craindre une persistance de la circulation virale. Surveillés de près grâce au criblage des tests PCR, ces variants sont au cœur de l'attention, capable à l'instar de celui dit "anglais" de se propager à toute allure au sein de la population, au point de remplacer quasi totalement la souche initiale du virus.

Bien connus des chercheurs qui leur consacrent de multiples travaux, les variants demeurent nouveaux pour le grand public. Une relative nouveauté qui pousse de nombreux citoyens à questionner leur origine. Figure de la recherche, lauréat du Nobel pour sa co-découverte du VIH, le Pr Luc Montagnier livre des explications à ce sujet. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Dans une vidéo massivement partagée sur les réseaux sociaux, il assure en effet que "les variants viennent des vaccinations", avant de poursuivre quelques minutes plus tard en affirmant que "vous voyez toujours dans les pays la courbe des vaccinations et celle des morts qui se suivent". Un discours contre lequel s'élèvent aujourd'hui les spécialistes et qui ne repose pas sur les observations de la science.

Les variants n'ont pas attendu la distribution des vaccins

Dans le cadre du partenariat qui l'unit à l'Inserm, LCI a fait appel à Vincent Maréchal, professeur de virologie et chercheur au Centre de recherche Saint Antoine (Inserm/Sorbonne Université). S'il ne remet pas en cause les travaux du Pr Montagnier sur le VIH par le passé, il tombe des nues en écoutant les propos tenus dans cette séquence de 11 minutes. 

D'emblée, il se montre catégorique : les variants, explique-t-il, "ne sont pas créés par les vaccins". Il suffit d'ailleurs de constater "que celui dit 'anglais' s'est propagé avant que les vaccins ne soient distribués aux Royaume-Uni". Et pour cause, il s'agit d'un processus naturel. "Il faut garder à l'esprit que la finalité de l'infection d'une cellule par un virus, c'est de produire des copies du virus. La cellule est détournée par le virus pour agir comme une photocopieuse", résume de manière schématique le chercheur. 

"Dans un monde idéal, si tout se passe bien, le virus prend le contrôle de la cellule et la reprogramme. Mais l'on peut comparer cette forme de photocopieuse aux moines copistes dans les abbayes : de temps en temps, en recopiant, ils faisaient quelques erreurs, oubliaient ou rajoutaient des caractères." 

Lire aussi

Les virus (dont le Covid) peuvent eux aussi effectuer des erreurs, lors du processus de "réplication". Le génome n'est alors pas reproduit à l'identique, ce qui entraîne la création d'une forme proche du virus dotée de quelques variations (des mutations) qui peuvent parfois produire les fameux variants. Puisqu'il s'agit d'un phénomène naturel, qui peut se produire lors de n'importe quelle infection, "il est logique qu'on voie émerger de multiples variants dans le cadre d'une épidémie aussi massive que celle que l'on observe aujourd'hui", fait remarquer Vincent Maréchal.

L'expert précise d'ailleurs que tous les variants ne sont pas préoccupants. "On considère que la plupart des modifications - qui surviennent au hasard - n'ont pas d'effet ou rendent le virus moins efficace", ajoute-t-il, ce qui signifie qu'un variant ne sera pas forcément plus dangereux qu'une souche "originelle". Le parallèle avec la cuisine est assez parlant : "C'est un peu la même chose quand vous ne reproduisez pas totalement une recette, le résultat sera différent, mais rien ne garantit qu'il soit meilleur." 

L'impact indirect de la vaccination

Le problème avec les déclarations du Pr Montagnier, estime Vincent Maréchal, "c'est que son discours est toujours habillé avec un semblant de science pour ne pas le rendre totalement absurde". Si à ses yeux, il est totalement faux d'affirmer que les variants sont créés par les vaccins, cela ne signifie pas pour autant que la vaccination n'a aucun impact. Tout au plus peut-elle conduire à voir se propager un variant plutôt qu'un autre, à défaut qu'avoir une quelconque influence sur leur création.

Il faut en effet rappeler que les virus variants sont en compétition les uns avec les autres. Une course dont l’objectif est de trouver un hôte favorable pour se multiplier. Dès lors, "on peut légitimement considérer que dans une population encore peu infectée, le variant qui s'imposera sera celui le plus contagieux, car capable de se diffuser largement". Toutefois, lorsque la population commence à être immunisée de façon importante, "les variants les plus avantagés ne seront pas nécessairement ceux qui se transmettront le plus vite, mais plutôt ceux qui peuvent échapper à la réponse immunitaire"

En résumé, "le gagnant du jour n'est pas forcément celui d'il y a six mois", ce qui peut expliquer "différentes vagues de variants", des éléments sur lesquels se penchent avec attention les scientifiques à l'heure actuelle.

En vidéo

Variant indien : faut-il s'inquiéter ?

Notons aussi que si des variants peuvent être dits "d'échappement" en cherchant à contourner la réponse immunitaire des individus, ils n'émergent là encore pas en raison de la vaccination. L'immunité qui freine leur développement et contre laquelle ils s'adaptent peut, certes, être le fruit d'une vaccination, mais aussi tout à fait être naturelle, notamment si une personne a développé des anticorps suite à une contamination.

Dans la vidéo du Pr Montagnier, certains de ces éléments sont abordés. "Je crois qu'il comprend le processus d'apparition des variants", glisse Vincent Maréchal, mais "il finit quand même par dire que c'est la vaccination qui en est responsable..." Quant au fait que l'on observerait plus de gens infectés ou plus de décès une fois la vaccination entamée, "pas la moindre observation scientifique ne le montre", tranche le virologue. Qui rappelle en passant que c'est l'inverse qui a été constaté, en Israël notamment.

Le Pr Montagnier, en errance depuis plusieurs années

Si les travaux passés de Luc Montagnier ont été salués par de multiples décorations, cela fait plusieurs années déjà que ses prises de position interrogent, voire dérangent. Avant de soutenir durant la crise du Covid-19 que le virus avait été créé en laboratoire, il avait en effet multiplié les sorties polémiques. Outre son soutien à la très controversée théorie de la "mémoire de l’eau", il a expliqué que les populations africaines seraient moins vulnérables face au sida en suivant un régime alimentaire plus équilibré. Il a par ailleurs jugé possible de soigner l’autisme avec des antibiotiques et proposé une détection de la maladie de Lyme dans le sang à partir d'ondes électromagnétiques.

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase ? Une saillie du professeur contre les vaccins (déjà), en 2017. Accompagné du Pr Henri Joyeux, radié de l’ordre des médecins, il dénonçait alors la nouvelle politique vaccinale des autorités et assurait qu'elle allait contribuer à "empoisonner petit à petit toute la population qui va nous succéder". Une centaine de membres des académies des sciences et de médecine avaient alors publié un texte commun pour déplorer que Luc Montagnier s'aventure "hors du champ de ses compétences" pour propager "des messages dangereux pour la santé, au mépris de l’éthique qui doit présider à la science et à la médecine".

Le virologue Vincent Maréchal souligne que le Pr Montagnier, aujourd'hui âgé de 88 ans, "a tendance à jouer avec l'argument d'autorité". S'abriter en quelque sorte derrière la renommée de son Nobel sans pour autant mettre en avant des études et données permettant d'étayer ses propos. De la vidéo, le spécialiste retient aussi la "logorrhée scientifique" sur "la structure de l'ADN et de l'ARN", qui "n'apporte rien au sujet" mais qui cherche à renforcer sa stature auprès du grand public pour mieux crédibiliser un propos se voulant très rationnel.

Soulignons enfin que cette vidéo, très relayée sur les pages Facebook dénonçant les mesures sanitaires et les vaccins, a été réalisée par l'équipe à l'origine du "documentaire" Hold-Up. Des réalisateurs qui ont contribué à diffuser et populariser des théories conspirationnistes autour de l'épidémie, et qui récidivent aujourd'hui en donnant au Pr Montagnier une tribune pour tenir un discours hostile à la vaccination.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : 9 départements maintenus en vigilance orange

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

Résultats des élections : région par région, la carte de France du 1er tour

EN DIRECT - Régionales : Darmanin dénonce "des dysfonctionnements inacceptables" dans l'organisation du 1er tour

Auto-tests sur les plages, traçage "à la japonaise" : ce qui va changer cet été dans la traque du Covid-19

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.