L'étude du jour : mieux vaut ne pas arrêter de fumer pendant ses règles

L'étude du jour : mieux vaut ne pas arrêter de fumer pendant ses règles

TABAC – L'envie de fumer varie au cours du cycle menstruel, souligne une étude québécoise. Question d'hormones.

Mesdames, si vous avez pris la bonne résolution d'arrêter de fumer en ce début 2015, peut-être devriez-vous reporter cette action dans le courant du mois de janvier. En effet, une étude parue dans le Psychiatry Journal révèle que l'envie de fumer varie au cours du cycle menstruel . Et que celle-ci est plus forte juste après les règles. Pas étonnant que certaines d'entre vous aient des fringales à ce moment-là.

Cycle menstruel

Selon Adrianna Mendrek , professeure associée au département de psychiatrie de l'université de Montréal et auteure de l'étude, "prendre en considération le cycle menstruel pourrait aider les femmes à arrêter de fumer". Ainsi, il serait plus facile de surmonter cet état de manque juste après l'ovulation, souligne-t-elle dans un communiqué.

C'est une question d'hormones. Le début de la phase folliculaire, qui suit les menstruations, correspond en effet à un plus faible taux hormonal d' œstradiol et de progestérone par rapport à la phase lutéale, juste après l'ovulation : l'œstradiol passe ainsi de 161 picomoles par litre de sang à 420 pmol/L ; la progestérone passe, elle, de 1,6 nanomole par litre de sang à 12,5 nmol/L. Or les IRM ont révélé un manque de nicotine plus criant pendant la phase folliculaire.

Programmes pour femmes

Les chercheurs eux-mêmes évoquent des limites de leur étude, soulignant par exemple que l'envie de fumer peut être associée à des symptômes de déprime et nom aux règles en tant que telles. "Le stress, l'anxiété et la dépression sont des facteurs probablement plus importants encore qui doivent être pris en considération", ajoute Adrianna Mendrek.

Il n'en reste pas moins que le "craving", terme anglais qui désigne une envie irrésistible, varie au cours du cycle menstruel. C'est pour cette raison que les auteurs appellent de leurs vœux la création de programmes de sevrage tabagique à destination des femmes. Reste à poursuivre ces recherches sur les mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent la dépendance afin d'"adapter plus finement les traitements au profil du fumeur", ponctue la chercheuse.

EN SAVOIR + >> Le lundi, jour idéal pour arrêter de fumer ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Protocole sanitaire de niveau 3 à l'école primaire : ce que ça change

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.