L'étude santé du jour : 17 produits favorisant le cancer du sein

L'étude santé du jour : 17 produits favorisant le cancer du sein

DirectLCI
SANTE - Dans une récente étude, une équipe de scientifiques américains dresse pour la première fois la liste exhaustive des substances susceptibles de favoriser le développement du cancer du sein. Une information prise très au sérieux par les autorités sanitaires qui en prendront compte pour définir les priorités dans la prévention de cette maladie.

Elles seraient une vingtaine, omniprésentes dans notre quotidien. Des scientifiques du Silent Spring Institute à Newton ont identifié 17 substances chimiques que les femmes devraient éviter pour réduire les risques de cancer du sein. Cette recherche, publiée dans la revue Environmental Health Perspectives , confirme que ces substances cancérigènes sont dangereuses car elles provoquent des tumeurs cancéreuses des glandes mammaires chez les rats, alors que de nombreuses femmes y sont exposées.

Décapants à peinture, essence, fumée de tabac

Il s'agit de produits présents dans l'essence et autres substances d'échappement des véhicules, ainsi que des textiles anti-tache, des dissolvants, des décapants à peinture et des dérivés de désinfectants utilisés dans le traitement de l'eau potable. Les substances les plus à risque sont le benzène et le butadiène, déjà reconnues comme dangereuses par l'Organisation mondiale de la santé, et qui proviennent de pots d’échappement, de la fumée de tabac et d'aliments carbonisés.

"Cette recherche offre une feuille de route pour la prévention du cancer du sein en identifiant des produits chimiques hautement prioritaires auxquels les femmes sont le plus exposées et montre également comment mesurer cette exposition", explique le Dr Ruthann Rudel, co-auteur de ces travaux. Jusqu'alors, les recherches effectuées sur le sujet ne prenaient pas en compte un nombre aussi important de substances, en raison surtout d'un manque d'information et de tests.

"Toutes les femmes sont exposées"

"Toutes les femmes sont exposées à des substances chimiques qui pourraient accroître leur risque de cancer du sein mais malheureusement ce lien est très largement ignoré ", commente Julia Brody, co-auteur de l'étude. "Réduire l'exposition aux produits chimiques toxiques pourrait sauver la vie de nombreuses femmes". Enfin regrette cette chercheuse, "les fonds consacrés à la recherche sur le lien entre cancer du sein et produits chimiques dans l'environnement, ne représentent qu'une infime partie du total".

Pour Dale Sandler, épidémiologiste à l'Institut national américain des sciences de la santé environnementale (NIEHS), "cette recherche examine de façon étendue et approfondie les données toxicologiques et les biomarqueurs concernant le cancer du sein", souligne-t-il. Les Instituts nationaux de la santé (NIH) vont d'ailleurs incorporer les recommandations de l'étude pour les prochains tests qu'ils s'apprêtent à réaliser, afin de déterminer encore plus précisément les causes du cancer du sein.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter