L'étude santé du jour : 29% de cancers du sein dépistés en plus grâce à la 3D

L'étude santé du jour : 29% de cancers du sein dépistés en plus grâce à la 3D

SANTÉ - Selon une étude publiée cette semaine aux États-Unis, la mammographie tridimensionnelle offre un bien meilleur dépistage du cancer du sein que la mammographie traditionnelle. C'est la première fois qu'une étude d'une telle ampleur prouve son efficacité.

Tous les deux ans en France, les femmes âgées de 50 à 74 ans sont invitées à se rendre chez le radiologue pour passer une mammographie, un examen préventif de santé publique remboursé à 100 % par la Sécurité sociale. Cette démarche - non-obligatoire - suscite régulièrement la polémique : environ 10 % des femmes à qui on affirme qu'elles ont une tumeur maligne n'en ont pas. D'autres échappent à la vigilance des rayons X car certaines zones où se superposent des tissus sont floues et peuvent cacher des anomalies. La 3D pourrait changer tout cela.

Une étude clinique publiée cette semaine par The Journal of the American Medical Association , la plus étendue à ce jour, prouve la fiabilité de la mammographie en relief. Selon ses auteurs, cette technologie permet de réduire de 15 % les mauvais diagnostics, qu'ils soient positifs ou négatifs, et accroît de 29 % le taux de dépistage des cancers du sein. Ils annoncent aussi que 41 % supplémentaires de tumeurs mammaires invasives sont susceptibles d'être décelées grâce à cette innovation technologique.

Mammographie en 3D : des images plus nettes, moins d'erreurs de diagnostic

L'expérience est-elle contraignante pour la patiente ? La mammographie 3D par tomosynthèse, prend à peine quelques secondes de plus que la mammographie traditionnelle. Des détecteurs plans sont placés sous le sein tandis qu'un tube à rayons X se déplace au-dessus du sein en arc de cercle. Le radiologue obtient des images sous différents angles, plus nettes qu'avec la 2D. Stop au flou : il peut analyser précisément la localisation, la taille et la forme d'éventuelles anomalies.

Cette étude a été menée à partir d'une population d'un demi-million de femmes dans treize centres hospitaliers américains. Elle confirme les résultats d'une recherche publiés en 2013 par une équipe norvégienne, qui avait conclu à une amélioration du taux de détection des cancers de 27 %.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Nouveaux raids israéliens sur Gaza, l'armée dément finalement l'envoi de troupes au sol

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

En Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

EN DIRECT - Covid-19 : la Guyane reconfinée jusqu'au 30 mai face à la flambée de l'épidémie

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.