L'étude santé du jour : à cause des notifications, il y a trois fois plus d'étourderies

L'étude santé du jour : à cause des notifications, il y a trois fois plus d'étourderies

L'ÉTUDE SANTÉ DU JOUR – Le nombre de notifications envoyées sur les smartphones a explosé en quelques années. D'après les conclusions d'une étude, la distraction causée par les sons et les vibrations de ces messages d'alerte ont pour effet de nous faire commettre trois plus d'étourderies.

Il y a celles qui reproduisent un tintement de verre, les premières notes d'un opéra, le cui-cui d'un oiseau, ou bien encore un vrombissement d'un paquebot. En quelques années, les messages d'alerte sur les smartphones ont envahi notre quotidien, pour le pire et le meilleur. On sait aujourd'hui que nous regardons en moyenne 150 fois par jour l'écran de notre smartphone.

Entre les messages d'alerte des sites d'informations, les messages Facebook ou encore celles de vos jeux, cela représente près d'une notifications toutes les six minutes au cours de la journée. Et les effets sur notre concentration d'être anodins. A en croire les conclusions d'une étude menée par des chercheurs de l'université d'État de Floride, la perte d'attention que causent les notifications est la même que celle d'un appel téléphonique, et cela même si vous l'ignorez !

Méthodologie : un test d'attention mené auprès de 150 étudiants américains
Les trois scientifiques de l'université d'État de Floride ont demandé à 150 étudiants américains de passer un test pour évaluer leur niveau d'attention. Pour cela, les participants devaient observer une série de chiffres sur un écran d'ordinateur. Et toutes les secondes, un nouveau numéro apparaissait sur l'écran. Les cobayes devaient appuyer sur le clavier à chaque fois que le chiffre changeait, sauf lorsque c'était le nombre 3. Sans que les étudiants le sachent, les scientifiques les ont répartis en trois groupes : ceux qui ont reçu des appels, ceux qui ont reçu des texto et ceux qui n'ont pas été dérangés. Les appels et les textos étaient envoyés par les chercheurs.

Ce que l'étude a montré : trois fois plus de bourdes que les autres
D'après les résultats de l'étude, le simple fait de recevoir une notification "push" sur son smartphone distrait autant que de répondre à un message texte ou un appel téléphonique. Même si la personne n'y prête pas une attention particulière. Les étudiants qui avait reçu des messages d'alerte ont fait trois plus de fautes que ceux qui n'en ont pas reçu lors du test. Les pires scores étaient ceux des participants qui avaient reçu des appels (sans même y répondre). Leur conclusion : il suffit d'entendre une sonnerie ou une vibration sur son smartphone pour perdre sa concentration.

Ce que cela va changer : apprenez à vous déconnecter
En attendant la démocratisation des smartwatch, dont les effets sur l'attention ne devraient évidemment rien arranger à l'affaire, il est peut être temps de prendre de bonnes habitudes. La plupart des smartphones proposent aujourd'hui de définir la période pendant laquelle vous souhaitez recevoir des messages d'alerte sur votre téléphone. D'autant que toutes ces notifications réduisent l'autonomie de votre smartphone en utilisant la batterie. En outre, on peut imaginer les dangers que cela peut provoquer lorsqu'on est au volant. Un dernier conseil pour la route : apprenez à vous déconnecter !

À LIRE AUSSI 
>>
Limitez les pushes de Facebook 
>>
Bloquez les notifications de Messenger

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.