L'étude santé du jour : des doses de LSD pour aider à soigner la dépendance à l'alcool

L'étude santé du jour : des doses de LSD pour aider à soigner la dépendance à l'alcool
Santé

PSYCHOTROPES - Une nouvelle étude menée par des chercheurs canadiens révèle que le LSD, la MDMA et les champignons hallucinogènes pourraient offrir de nouvelles façons de traiter la dépendance chez les patients.

Soigner le mal par le mal. C'est un peu en substance ce que propose une équipe de chercheurs canadiens qui vient de publier une étude dans laquelle ils démontrent que l'usage contrôlé de drogues hallucinogènes, comme le LSD, la MDMA ou encore les champignons magiques, pourrait avoir un intérêt thérapeutique pour lutter contre la dépendance à l'alcool, mais aussi la dépression. Les résultats de leurs travaux, publiés récemment dans le Canadian Medical Association Journal , affirment que ces psychotropes, s'ils sont administrés de manière encadrée, ont un potentiel thérapeutique important. Ils pourraient donc être prescrits en complément à un traitement classique contre la dépression, les troubles de stress post-traumatiques ou encore la toxicomanie.

EN SAVOIR + >> Bipolarité, schizophrénie, dépression : les jeunes doivent se faire dépister

Méthodologie : un inventaire des découvertes sur l'intérêt thérapeutique des psychotropes
Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l'Université de la Colombie-britannique se sont penchés sur la question de l'usage des psychotropes dans le traitement de ces maladies mentales en compilant toute une série d'études scientifiques menées sur des cobayes humains aux États-Unis, en Europe et au Canada, qui ont d'ores et déjà démontré l'intérêt thérapeutique des drogues hallucinogènes.

Ce que l'étude a montré : des effets positifs sur les maladies mentales
Résultat, ils ont constaté que la plupart des effets secondaires liés à l'usage de ces drogues hallucinogènes dans un cadre récréatif sont dus à une consommation excessive. Études à l'appui, les scientifiques livrent ensuite un inventaire des bienfaits de ces psychotropes sur la santé des personnes souffrant de maladies mentales. Une étude menée en 2013 sur un petit groupe de volontaires indique qu'une psychothérapie accompagnée d'une prise de LSD ( psilocybine ) pourrait aider à réduire l'anxiété dans les cas de maladie en phase terminale ou de dépression.

Une autre étude , au cours de laquelle la molécule active des champignons hallucinogènes ( diméthyltryptamine ), a été utilisée en complément à une thérapie traitant la dépendance à l'alcool, a montré une réduction significative de la quantité absorbée par les sujets. Une troisième étude démontre que l'ecstasy permettrait de réduire les syndromes du stress post-traumatique pour les personnes dont les traitements classiques ne se sont pas révélés efficaces.

Ce que cela va changer : une nouvelle façon de traiter la maladie mentale
Sachant que ces drogues sont illégales, il est plus difficile pour les chercheurs de mener des essais cliniques sur des être humains. "Les recherches médicales doivent continuer car les expériences scientifiques sur ces drogues hallucinogènes pourraient offrir les nouvelles façons de traiter la maladie mentale et la dépendance chez les patients qui ne bénéficient pas des traitements courants", estime le Dr Wood, un des auteurs de l'étude. Ces derniers indiquent toutefois que ces résultats ne sont que partiels et préliminaires et insistent sur la nécessité de recherches plus approfondies pour déterminer une application clinique plus générale.

À LIRE AUSSI
>> Des médecins défoncés à une drogue hallucinogène après un séminaire
>> Marcher 90 minutes dans la nature permet de combatte la dépression
>> Bipolarité, schizophrénie, dépression : les jeunes doivent se faire dépister
>> Spice, Krokodil, Oxi : ces drogues défraient la chronique
>> La drogue réduit le cerveau des femmes... mais pas des hommes
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

Allègement du confinement : les questions en suspens avant l'allocution d'Emmanuel Macron

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent