L’étude santé du jour : des savons et dentifrices à base de triclosan dangereux pour les femmes enceintes

Santé

SANTE - Le triclosan pourrait avoir des effets néfastes sur le foetus et la femme enceinte, selon une nouvelle étude. Il serait notamment responsable d’une réduction de la taille des nouveaux-nés.

Si vous lisez régulièrement des articles sur la santé, vous n’avez pas pu passer à côté de ce nom : triclosan. Régulièrement montré du doigt par les chercheurs, ce composant présent dans de nombreux produits d'hygiène (notamment le dentifrice "Colgate Total") est suspecté d’être responsable de multiples maladies. Voilà qu’il est désormais aussi soupçonné de menacer les fœtus.

Les femmes enceintes qui utilisent des savons antibactériens et autres produits à base de triclosan et de triclocarban sont en effet particulièrement exposées, selon une étude de l’Arizona State University publiée dans la revue scientifique Environmental Science and Technology.

Du triclosan dans le cordon ombilical

Contenus dans près de 2 000 produits de la vie courante, ces substances sont soupçonnées de jouer un rôle dans l’apparition des cancers , les troubles de la reproduction , les problèmes cardiaques , une réduction de la taille de naissance des nouveau-nés ou encore la résistance aux antibiotiques, selon plusieurs études antérieures.

Les substances toxiques analysées par l'université arizonienne ont été retrouvées dans les urines de près de 181 femmes enceintes ainsi que dans la moitié des échantillons de sang de leurs cordons ombilicaux.

L'Union européenne et les Etats-Unis inquiets

Les autorités sanitaires américaines ont demandé en décembre 2013 aux fabricants de savons contenant des antibactériens chimiques de démontrer que leurs produits utilisés quotidiennement par des millions d'Américains sont vraiment efficaces et inoffensifs pour la santé. Selon les nouvelles règles proposées par l'agence américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), les fabricants qui ne parviendront pas à satisfaire ces demandes devront modifier la formule de leurs antibactériens ou leur étiquetage pour pouvoir rester sur le marché.

Ces mêmes inquiétudes ont également été soulevées en Europe et la Commission a ouvert une consultation publique en août 2012 sur le triclosan. Un comité scientifique européen avait conclu dans une étude publiée en 2009 que des concentrations supérieures à 0,3 % dans les cosmétiques et les savons "ne sont pas sûres pour la consommation en raison de l'importance de leur utilisation". Ces experts avaient notamment mis en garde contre le risque de développement de résistance microbienne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter