L'étude santé du jour : des yaourts pour réduire le risque de diabète

L'étude santé du jour : des yaourts pour réduire le risque de diabète

Santé
DirectLCI
SANTE – Manger des yaourts pour réduire le risque de diabète de type 2, surnommé le diabète gras, c'est ce que préconise une nouvelle étude britannique publiée début janvier dans la revue Diabetologia.

Prévenir le diabète en mangeant des yaourts ? Des scientifiques britanniques ont émis cette hypothèse dans une étude publiée début janvier dans la revue Diabetologia . Selon eux, consommer quatre à cinq yaourts par semaine pourrait réduire de 28 % les risques de contracter le diabète de type 2, surnommé le diabète gras par les spécialistes. Ces résultats ont été obtenus après avoir suivi pendant 11 ans le comportement alimentaire de 4000 personnes.

Ces résultats sont toutefois à prendre avec précaution, car si le yaourt a effectivement des effets positifs et un effet protecteur contre le diabète grâce à la vitamine K qu'il contient, la diminution des risques engendrée par sa consommation n'est pas forcément un lien de cause à effet, expliquent les chercheurs. La raison est simple : les personnes qui consomment des yaourts mangent aussi moins de desserts sucrés et consomment également moins de produits gras. L'étude avance d'ailleurs un autre chiffre pour étayer ce fait : remplacer une portion de chips par un yaourt réduirait le risque de diabète de 47 %.

A faire figurer dans les messages de santé

Certes, les produits laitiers fermentés ne sont pas la solution miracle pour lutter efficacement contre le diabète, mais pour les experts, il s'agit avant tout de diffuser largement ce message de prévention, parmi d'autres, à la population : "Cette étude souligne le fait que certains aliments peuvent avoir un rôle important dans la prévention d’un diabète de type 2, et peuvent figurer dans les messages de santé", explique le Dr Nita Forouhi de l'Université de Cambridge citée par le Daily Mail .

En France, environ 3,5 millions de personnes souffrent de diabète, ce qui fait dire Dr Huet, chef du service diabétologie endocrinologie du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) interrogé par metronews à l'occasion de la journée mondiale du diabète, en novembre dernier, qu'"on peut véritablement parler d'épidémie." Et de rappeler que quelque 500.000 malades s'ignorent dans l'Hexagone. D'où l'urgence de réguler son alimentation, en suivant notamment les recommandations qu'a mises en place le ministère de la Santé depuis 2001 dans son Programme national nutrition santé (PNNS) .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter