L'étude santé du jour : écouter Rihanna diminue les douleurs post-opératoires des enfants

L'étude santé du jour : écouter Rihanna diminue les douleurs post-opératoires des enfants
Santé

MUSICOTHÉRAPIE – Écouter ses chansons préférées pendant trente minutes a des vertus antalgiques. C'est ce que révèle une étude américaine.

Selon une étude publiée dans le journal Pediatric Surgery, les douleurs post-opératoires peuvent être atténuées chez les enfants par l'écoute de chansons. Des chansons oui, mais pas n'importe lesquelles. Les enfants participant à l'étude, âgés de 9 à 14 ans, ont choisi leur artiste préféré, dont Rihanna et Taylor Swift, à partir d'une playlist incluant différents genres musicaux, allant de la pop à la musique classique.

Laisser les patients sélectionner la musique qu'ils allaient écouter pendant trente minutes fait partie du traitement, explique Santhanam Suresh , professeur d'anesthésie et de pédiatrie à l'école Feinberg de médecine de l'université de Northwestern : "La musique touche tout le monde, mais les gens ont des goûts différents."

EN SAVOIR + >> La musique bientôt sur ordonnance ?

Tromper le cerveau

Par rapport au groupe-test, qui a porté des casques anti-bruit, les membres du groupe qui ont écouté la musique de leur choix ont dit ressentir une douleur moindre après cette séance de musicothérapie. Et ce, quel que soit le niveau de douleur initial. Idem pour ceux qui ont écouté un livre audio de leur choix. Tandis que ceux plongés dans le silence restaient au même niveau de douleur.

Les chercheurs estiment que la musique et la voix bouche une voie d'accès au cortex préfrontal liée au souvenir de la douleur. "L'idée, c'est que, si vous n'y pensez pas, vous la ressentirez moins. Nous cherchons à tromper le cerveau, à mobiliser les facultés mentales sur quelque chose d'autre", ajoute-t-il.

Remplacer la morphine

L'autre intérêt de cette stratégie de contrôle des douleurs post-opératoires par l'audio-thérapie, c'est de limiter voire de remplacer la prescription d'analgésiques opioïdes, des anti-douleurs comme la morphine. Car chez les jeunes patients, ces médicaments peuvent causer des problèmes respiratoires.

En outre, c'est une méthode peu coûteuse et qui n'a pas d'effets secondaires indésirables. Sans compter que c'est un traitement que l'on peut poursuivre soi-même chez soi. Le docteur Santhanam Suresh poursuit : "Cette méthode peut aussi être utilisée pour des patients qui ont été opérés en ambulatoire et rentrent chez eux." N'hésitez donc pas à faire de votre baladeur votre meilleur ami.

EN SAVOIR +
>> Someone like you, la chanson idéale pour déstresser en avion
>> Les enfants écoutant de la musique développent des capacités mentales supérieures

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent