L'étude santé du jour : infirmiers surchargés, vie des patients en danger

L'étude santé du jour : infirmiers surchargés, vie des patients en danger

DirectLCI
HÔPITAL - Une étude conduite dans neuf pays européens, mais pas la France, affirme que la surcharge de travail des infirmiers jouerait sur la mortalité des patients à l'hôpital.

Le personnel hospitalier, et notamment les infirmiers, est surchargé de travail. Cette situation, véritable serpent de mer des autorités sanitaires, peut conduire à un niveau de mortalité plus élevé chez les patients des hôpitaux concernés par cette problématique de santé publique. C'est ce que révèle une étude européenne réalisée dans neuf pays (Belgique, Angleterre, Finlande, Irlande, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suède et Suisse), publiée mercredi dans la revue médicale britannique The Lancet . Elle met en lumière la pression exercée sur les budgets de santé, avec parfois des conséquences dramatiques sur la sécurité des patients hospitalisés.

Les chercheurs ont relevé les taux de survie après des opérations chirurgicales dans 300 hôpitaux européens et les ont mis en relation avec la charge de travail ainsi que le niveau d'éducation et de formation des infirmières (données pour les années 2007-2010). Les interventions chirurgicales concernaient plus de 420.000 patients de plus de 50 ans qui ont subi des opérations courantes comme celles de la hanche ou du genou, de la vésicule biliaire, des interventions vasculaires ou encore de l'appendicite.

La formation mise en cause

Certes, le nombre de patients morts à l'hôpital dans les trente jours suivant l'admission était très faible : en moyenne entre 1 à 1,5 %, selon les pays. Cependant, au sein d'un même pays, ce taux de mortalité varie largement, allant jusqu'à plus de 7 % dans les hôpitaux les plus mal lotis. La raison ? Pour les chercheurs, la surcharge de travail et le niveau d'éducation du personnel infirmier, disparate selon les hôpitaux, est à mettre en cause.

En Espagne et en Norvège, par exemple, toutes les infirmières ont l'équivalent du niveau de licence, contre 28 % en Angleterre, révèle l'étude. Par ailleurs, dans les hôpitaux où chaque infirmière est chargée de six patients en moyenne et où 60 %, ou plus, de l'équipe a le niveau licence, le risque de décès du patient dans les 30 jours est pratiquement inférieur d'un tiers à celui d'autres hôpitaux, victimes d'un manque d'effectifs et de formation.

La réduction des effectifs infirmiers par souci d'économie pourrait ainsi affecter l'état de santé des patients, avertissent les auteurs. Ils mettent l'accent sur la nécessité d'accroître la formation de cette profession, qui pourrait réduire les décès évitables à l'hôpital. En France, il n'y a malheureusement toujours aucune étude sur la mortalité à l'hôpital.
>> Lire aussi notre interview de Nathalie Depoire, présidente du syndicat Coordination Nationale Infirmière

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter