L'étude santé du jour : la dépression augmente le risque de crise cardiaque

L'étude santé du jour : la dépression augmente le risque de crise cardiaque

Santé
DirectLCI
SANTE - Dans une étude norvégienne portant sur des milliers de patients, des chercheurs ont démontré que les personnes qui traversent une dépression voient leur risque de subir une crise cardiaque augmenter significativement. Plus la maladie est installée, plus les conséquences sont importantes.

Les effets de la dépression ne sont pas uniquement psychologique s, ils sont aussi physiques. Les personnes qui en souffrent auraient un plus grand risque d'insuffisance cardiaque, une maladie chronique grave au cours de laquelle le muscle du cœur ne pompe pas suffisamment le sang. Sa circulation dans le corps devient insuffisante pour permettre aux organes de recevoir assez d'oxygène, ce qui entraîne des signes cliniques tels que la tachycardie, les râles pulmonaires et la fatigue.

Cette conclusion provient  d'une étude norvégienne , présentée à l'occasion de l'EuroHeartCare 2014, une conférence européenne initiée par la Société européenne de cardiologie. Il s'agit de l'une des premières études à établir un lien fiable entre les deux pathologies. Les données ont été recueillies au cours d'une grande enquête épidémiologique dans le comté de Nord-Trøndelag en Norvège sur près de 63 000 citoyens. Les volontaires ont été suivis pendant une période de onze ans.

De 5 % à 40 % de risque en plus

Les chercheurs ont passé au crible leur consommation de tabac, leur indice de masse corporelle, leur activité physique et leur tension artérielle. Ils ont également évalué le niveau de dépression chez les personnes qui en souffraient en utilisant l’échelle HAD, qui consiste en une série de questions permettant de déterminer la gravité de ce trouble au cas pour cas. Enfin, ils ont regardé le nombre de patients qui ont été hospitalisés pour insuffisance cardiaque ou en sont décédés au cours de l'étude.

A la fin de cette période, près de 1 500 patients ont développé une insuffisance cardiaque. Les chercheurs ont estimé que les personnes qui souffraient d'une légère dépression ont un risque de subir une crise cardiaque 5 % plus élevé que ceux qui ne présentent aucun symptôme. Chez ceux atteints de dépression modérée ou grave, le risque augmente de 40 %."Plus les symptômes sont graves, plus les conséquences sont importantes, précise Lise Tuset Gustad, co-auteure de l'étude. Les gens déprimés ont des styles de vie moins sains".

"La dépression peut être traitée facilement"

De fait, les déprimés seraient moins sensibles aux conseils pour améliorer leur hygiène de vie. "Les gens qui ont perdu tout intérêt pour les choses auxquelles ils prenaient plaisir peuvent avoir les premiers signes de la dépression", ajoute Lise Tuset Gustad. Enfin, les conséquences de cette maladie seraient également biologiques : le stress engendré par leur état entraîne des inflammations et de l'athérosclérose (accumulation de corps gras dans les artères) qui peuvent accélérer les maladies cardiaques.

Pourtant, l'étude précise qu'il est possible de limiter facilement sa progression, et donc ses conséquences. "La dépression peut être traitée facilement dans les premières étapes et beaucoup de gens n'ont pas besoin de médicaments. Si vous vous sentez comme ça, consultez votre médecin.", conclut Lise Tuset Gustad. Outre le recours à un professionnel, il existe aussi des actions bénéfiques à réaliser soi-même, comme pratiquer une activité physique, améliorer son alimentation et limiter sa consommation d’alcool. Des conseils qui valent aussi pour se prémunir des risques cardiaques.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter