L’étude santé du jour : la taille du verre influence votre consommation d’alcool

Santé
BOIRE – Après avoir analysé le comportement des clients d’un bar, une étude britannique révèle que la quantité d’alcool peut dépendre d’une donnée : la taille du récipient. Cette recherche a été financée par le gouvernement britannique.

Verre à moitié vide ou à moitié plein ? Si vous pensez que cela revient au même, détrompez-vous… La perception peut influencer de nombreux choix, dont la consommation d’alcool. C’est en tout cas ce que révèle une étude britannique publiée dans la revue BMC Public Health. Les résultats de ces travaux montrent ainsi que les amateurs de vin ou de bière consomment plus ou moins d’alcool selon la taille de leur verre. Explications.

Méthodologie : une étude menée dans un bar
Pour arriver à ce constat, les chercheurs des universités de Cambridge et de Bristol (Royaume-Uni) ont mené l’expérience dans un bar-restaurant de Cambridge. Pendant quatre mois, ils ont demandé aux gérants de changer la taille des verres toutes les deux semaines. Ces derniers devaient servir la même quantité d’alcool au millilitre près. Le bar a ainsi commencé par des petits verres (250 ml), pour les échanger contre des verres standard (300 ml), avant de servir l’alcool dans des grands verres de 370 ml.

EN SAVOIR + >>  3 conseils pour boire moins d'alcool

Ce que l’étude a montré : la perception influe sur la consommation
Résultat : lorsque le bar servait l’alcool dans les plus grands contenants, son chiffre d’affaires a augmenté de 9,4%. "Nous avons constaté que l’augmentation de la taille du verre à vin, même sans accroître la quantité, conduit les gens à boire davantage", note le Dr Rachel Pechey, une auteure de l’étude. Pourquoi ? Cela changerait notre perception. Les chercheurs expliquent ainsi que les personnes ont tendance à boire plus rapidement dans un grand verre car elles pensent qu’il y en a davantage.

Ce qu’il faut en conclure : des pistes pour pousser à la bonne modération
Voilà une technique à noter si vous souhaitez faire des économies. Mais cette étude ne devrait pas faire la fortune des bars. Le gouvernement britannique l’a financée pour mieux comprendre les habitudes de consommation des clients et affiner sa stratégie de santé publique. En effet, boire régulièrement en excès peut causer une cirrhose ou accentuer les risques de cancers (bouche, foie, colorectal…).

"Nous avons besoin de faire des études complémentaires pour confirmer ses premiers résultats, note le Pr Theresa Marteau, autre auteure de l’étude. Nous pourrons alors envisager comment mettre en œuvre des politiques de santé publique." Une piste évoquée est de limiter la taille des verres autorisée dans les bars, sous peine de se voir retirer sa licence…

A LIRE AUSSI
>> 
L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France
>> 
Syndrome d’alcoolisation fœtale : pour être à l’abri, c’est 0 alcool pendant toute la grossesse
>>  Si vous ne tenez pas l'alcool, c'est peut-être génétique

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter