L’étude santé du jour : le cerveau des enfants reconnaît la voix des mamans

L’étude santé du jour : le cerveau des enfants reconnaît la voix des mamans
Santé

CERVEAU - Rien ne remplace la voix d'une maman. Et le cerveau l'a bien compris. Selon une étude américaine, la voix de la mère stimule plusieurs zones du cerveau. Explications.

La voix n'a pas fini de révéler toute sa puissance. Même dans les recoins du cerveau, l'enfant est capable de reconnaître les intonations de sa mère par rapport à ceux d'une étrangère. C'est en tout cas ce qu'a démontré une récente étude menée par des chercheurs de l'Université de Stanford.

 Méthodologie : un groupe d’enfants âgés de 7 à 12 ans
Les chercheurs ont examiné 24 enfants âgés de 7 à 12 ans. Ils avaient tous été élevés par leur mère biologique et ne souffraient d’aucun trouble du développement. De plus, l’Université de Stanford précise dans un communiqué que les parents ont également rempli un questionnaire sur la capacité de leur enfant à interagir avec l’extérieur. Ils ont été interrogés sur la manière dont l’enfant se comporte avec les autres. 

Chaque mère a ensuite enregistré trois mots n’ayant aucun sens (l'idée est d'analyser les effets de la seule voix). Pour servir d’enregistrement témoin, deux femmes n’ayant aucun lien avec les enfants ont aussi enregistré les mêmes mots. Les chercheurs ont analysé le cerveau des enfants grâce à l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) afin de constater l’effet produit par la voix de la mère.

 Ce que l’étude a démontré : le cerveau n'est pas dupe
Même avec un son très court, les enfants sont parvenus à identifier la voix de leur mère avec plus de 97% de précision. Les cerveaux des bébés sont bien plus réactifs quand ils entendent cette voix que celle d’une étrangère. Plus précisément, l’IRM a démontré que certaines régions du cerveau s’activent. C’est le cas des zones auditives, celles qui sont impliquées dans l’émotion et la récompense, de la fonction qui permet de reconnaître les visages et des fonctions sociales. "L’étendue des zones est concernée est impressionnante", constate Vinod Menon, auteur principal de cette étude, professeur de psychiatrie et des sciences du comportement. Comme le précise Daniel Abrams, autre auteur de cette étude et professeur en psychiatrie : "Nous savons qu’entendre la voix de la mère peut être une source importante de confort émotionnel des enfants. Ici, nous montrons le circuit biologique sous-jacent".

Les cerveaux des bébés sont bien plus réactifs lorsqu’ils entendent la voix de leur mère plutôt que celle d’une étrangère. L’étude a également prouvé que l’importance des connexions entre les régions des cerveaux est capable de prédire les capacités de communication sociale de l’enfant. Plus les connexions sont fortes et plus il aura de facilité à échanger avec son entourage.

 Ce qu’il faut en conclure : le pouvoir de la voix
D’autres recherches doivent être réalisées pour déterminer si les adolescents réagissent aussi à la voix de leur mère ou si les réponses du cerveau évoluent avec l’âge. Un bémol, cette étude n’a pas été réalisée avec la voix du père. Qu’en serait-il ? Les chercheurs soulignent que cette découverte pourrait permettre "d’enquêter sur les déficits de communication sociale chez les enfants souffrant de troubles comme l’autisme". Des précédentes études ont déjà mis en évidence le pouvoir de la voix pour les enfants prématurés. En effet, entendre un enregistrement de la voix de la mère et des battements de son cœur pourrait aider les nourrissons nés avant le terme à se développer.

A LIRE AUSSI >>  Nourrissons endormis avec des écouteurs : "C'est triste", juge une psychologue pour enfants

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent