L’étude santé du jour : le paracétamol pendant la grossesse peut favoriser hyperactivité et autisme

L’étude santé du jour : le paracétamol pendant la grossesse peut favoriser hyperactivité et autisme

GROSSESSE – L’analgésique n’est pas un médicament si anodin qu’il n’y paraît. Les enfants qui y sont exposés avant leur naissance souffrent davantage de troubles d’inattention, d’impulsivité et d’autisme.

Le paracétamol est la substance active préférée des Français. Parce qu’il est globalement très bien toléré, les enfants, les femmes enceintes ou qui allaitent ont l’habitude d’y recourir pour soulager les douleurs passagères. Mais voilà qu’une nouvelle étude , publiée dans le Journal of Epidemiology, révèle que l’analgésique pourrait favoriser les risques de spectre autistique chez l’enfant à naître. Autrement dit, une trop forte exposition prénatale au Doliprane, au Dafalgan ou encore à l’Efferalgan exposent davantage les plus petits à l’hyperactivité, au trouble de l’attention ou à l’autisme.

A LIRE AUSSI >> 
Paracétamol : oui, la prise régulière de ce médicament est toxique, mais...

Méthodologie : un questionnaire et un suivi des enfants
Pour arriver à ce constat, les scientifiques du Center for Research in Environmental Epidemiology de Barcelone (Espagne) ont suivi 2644 femmes enceintes. Chaque future maman a ainsi dû remplir un questionnaire sur l’utilisation qu’elle faisait du paracétamol pendant sa grossesse, en prenant soin d’indiquer la fréquence et les doses. Après la naissance, les chercheurs ont suivi les enfants.

Ce que l’étude a démontré : des effets différents chez les filles et les garçons
Premier constat : près de 40% des bébés ont été exposés au moins une fois dans les 32 premières semaines de grossesse. A 5 ans, ces enfants présentaient des risques d’hyperactivité et d’impulsivité 30% supérieur aux autres. Plus inquiétant, si l’exposition était prolongée, ils montraient une moindre performance cognitive, plus de difficultés d’attention, de contrôle de soi et de vitesse d’exécution.

EN SAVOIR + >> Durant une grossesse, l'abus de paracétamol serait nocif pour votre bébé

Aussi, cette étude est la première à signaler un effet différent chez les filles et les garçons. Ces derniers sont plus susceptibles de développer des symptômes du spectre autistique. Pourquoi ? Leur cerveau pourrait être plus sensible en début de vie. Mais attention, "l’augmentation des symptômes chez un enfant peut l’affecter, même s’ils ne sont pas assez sévères pour assurer un diagnostic", précisent les chercheurs. Une constatation qui n’a pas été faite chez les filles.

Ce qu’il faut en conclure : une utilisation raisonnée
Les chercheurs alertent donc sur un risque de préjudice dans le développement neurologique des plus petits. Le paracétamol pourrait aussi agir sur le développement de leur système immunitaire, voire être toxique pour les fœtus lorsqu’ils n’arrivent pas à métaboliser le médicament.

D’autres études sont cependant nécessaires pour définir une dose maximale à ne pas dépasser. Les bénéfices du paracétamol restant supérieurs aux risques. Mais cette recherche rappelle que le paracétamol n’est pas un médicament anodin et que son utilisation doit rester raisonnée, surtout pendant la grossesse.

A LIRE AUSSI >>  Le paracétamol agit aussi sur l'empathie

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 18 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.