L'étude santé du jour : les femmes plus exposées aux AVC que les hommes 

L'étude santé du jour : les femmes plus exposées aux AVC que les hommes 

DirectLCI
SANTE - Peu importe l'âge, les femmes courent un plus grand risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) que les hommes selon un récent article de la revue Stroke, qui appelle en conséquence à de nouvelles consignes de prévention.

Trouble de la parole, vision floue, paralysie d'un membre… L'arrêt vasculaire cérébral constitue l'une des premières causes de mortalité dans le monde. Selon l'Organisation mondiale de la santé, on estime à 6,2 millions le nombre de décès imputables à ce déficit neurologique. Alors que les personnes à risque sont facilement identifiables à cause d'une mauvaise alimentation, d'un manque d’activité physique et d'une consommation de tabac, la revue Stroke vient de faire une révélation plus étonnante.

Dans ses dernières recommandations, elle estime que les femmes de tous les âges courent un danger plus important dans ce domaine que les hommes. "Si vous êtes une femme, vous partagez un grand nombre de facteurs de risque d'AVC avec les hommes, mais il y a également l'influence des hormones, de la grossesse, de l'accouchement et d'autres facteurs liés au sexe", a déclaré Cheryl Bushnell, auteur des nouvelles recommandations scientifiques publiées dans la publication de l'American Heart Association.

Attention pendant et après la grossesse

A titre d'exemple, la migraine avec aura, la fibrillation auriculaire, le diabète, la dépression et le stress émotionnel sont des facteurs de risque d'AVC qui ont tendance à être plus forts ou plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Celles qui ont souffert de prééclampsie (une pathologie de la grossesse caractérisée par une élévation de la pression artérielle) y sont même deux fois plus exposés.

"Par conséquent, la prééclampsie doit être reconnue comme dangereuse bien après la grossesse, et le tabagisme, l'hypercholestérolémie et l'obésité doit être traitée rapidement chez ces femmes", précise la revue. De même, les femmes devraient être examinées avant de prendre des pilules car la combinaison avec une haute pression sanguine peut être fatale. En France, cette recommandation est suivie depuis que le débat sur certaines pilules a conduit les autorités sanitaires à ne plus les prescrire en premier recours.

Pas de différence dans la prévention

L’une des deux hormones qu'elles contiennent, l’œstrogène, favorise la formation de caillots dans les veines ou les artères. Ce caillot peut aller jusqu’à boucher une artère du poumon ou se déplacer jusqu'au cerveau. Or, une attaque cérébrale se produit quand un vaisseau sanguin alimentant le cerveau est obstrué par un caillot ou éclate, entraînant la destruction de tissus cérébraux. En conséquence, ce nouveau guide insiste sur l'importance pour les femmes de contrôler régulièrement leur tension artérielle.

Les auteurs relèvent également que si les symptômes d'un AVC chez la femme sont similaires à ceux de l'homme, ils sont en revanche plus subtiles et donc moins visibles. Mais qu'on soit homme ou femmes, il est possible de réduire le risque de développer une maladie cardio-vasculaire en ayant une activité physique régulière, en évitant la consommation de tabac et le tabagisme passif, et en privilégiant un régime alimentaire riche en fruits et en légumes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter