L'étude santé du jour : les mères sportives font des enfants plus actifs

L'étude santé du jour : les mères sportives font des enfants plus actifs

Santé
DirectLCI
SANTE - Une récente étude britannique démontre que les mères qui font du sport au moins trente minutes par semaine transmettent cette bonne habitude à leurs enfants, qui seront plus susceptibles que leurs pairs d'être en meilleure santé en grandissant.

Les parents sportifs sont plus susceptibles d'avoir des enfants dynamiques, c'est bien connu. Mais une récente étude menée par des chercheurs de l'université de Cambridge et publiée dans la revue Pediatrics montre que ce lien est particulièrement établi entre les mères et leurs enfants. Pendant leurs travaux, les niveaux d'activité physique de 554 mères et de leurs enfants âgés de 3 à 6 ans ont été mesurés grâce à des capteurs portés en continu pendant sept jours.

À la fin de l'expérience, les chercheurs ont remarqué que le niveau d'activité quotidienne de la mère était fortement lié à celui de son enfant. Ces résultats montrent qu'ils ne sont pas "juste naturellement actifs" mais qu'ils suivent le comportement de leurs parents par rapport au sport et à la nutrition. En outre, l'étude a permis d'établir une moyenne du temps que les femmes - en général - consacraient à leur exercice : seulement 53 % d'entre elles pratiquaient 30 minutes de sport au moins une fois par semaine.

Un mimétisme très important

Une moyenne très basse, alors que le gouvernement britannique recommande 150 minutes d'activité physique "d'intensité modérée" au cours de la semaine. "Nous avons remarqué une association directe et positive entre l'activité physique des enfants et de leurs mères. Plus la mère était active, plus l'était l'enfant. Il est cependant impossible d'établir, à partir de cette étude, si les enfants actifs faisaient courir leur mère", a noté Kathryn Hesketh, principal auteur de l'étude.

Et pour les enfants qui ne bougent pas du tout, l'étude montre que les parents ont bel et bien un rôle important à jouer pour leur donner goût au sport. Car lorsque les femmes avaient une journée moins sédentaire que d'habitude, il en allait de même pour leurs enfants. "Pour chaque minute d'activité chez la mère, son enfant était plus susceptible de la dépasser de 10 %", a ajouté la chercheuse. Etant donné ce lien précieux, l'étude suggère que pour améliorer la santé des enfants, les politiques de santé publiques doivent inciter les mères à chausser davantage leurs baskets.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter