L'étude santé du jour : les personnes plus petites sont moins exposées au cancer

L'étude santé du jour : les personnes plus petites sont moins exposées au cancer

RISQUE - Les personnes grandes seraient plus susceptibles de développer des cancers que celles de taille plus restreintes, selon une nouvelle étude. Cela vaudrait particulièrement pour les grandes femmes.

Les personnes plus grandes auraient un risque accru de cancer. C'est l'étonnante conclusion des résultats d'une nouvelle étude qui a été présentée lors d'une conférence de la Société européenne d'endocrinologie pédiatrique à Barcelone par le Dr Emeli Benyi de l'Institut suédois Karolinska. 

De précédentes études avaient pointé des résultats analogues mais aucune n'avait encore été réalisée à si grande échelle. Une bonne nouvelle pour ceux qui se trouveraient... trop petits. 

Méthodologie
Les données de taille et de santé de cinq millions de Suédois nés entre 1938 et 1991 ont été passées au crible. Un échantillon gigantesque courant sur plusieurs générations.

Ce que l'étude a montré
Les chercheurs ont mesuré que le risque de cancer augmenterait de 10% chez les hommes pour chaque hausse de taille de 10 centimètres. Les personnes de grande taille ont, en particulière, un risque accru de mélanome de 30%.

Cela serait particulièrement remarquable chez les grandes femmes : une femme mesurant 1m72 a un risque accru de 18% d'avoir un cancer par rapport à une femme mesurant 1m62. Les grandes ont par ailleurs un risque plus grand de 20% d'avoir un cancer du sein par tranche de 10 centimètres supplémentaires.

Ce que ça va changer
On ne peut pas changer sa taille. Mais l'auteur d' une précédente étude , publiée en 2013, avait souligné que le cancer résultait "d'un processus lié à la croissance" et qu'il était "logique" de penser que les hormones de croissance pouvaient "accroître le risque de cancer". Il serait donc peu recommandable d'utiliser ces hormones. 

Pour le Pr Mel Greaves, de l'Institut de la recherche sur le cancer à Londres, "les personnes de grande taille ne doivent pas s'inquiéter", dans la mesure où les principaux facteurs de risques des cancers ne sont pas la taille. Il convient surtout de considérer les plus grands facteurs de risques (tabagisme, obésité, hérédité, sédentarité, etc.). Des "détails" peu considérés par l'étude. Affaire à suivre, donc. 

À LIRE AUSSI
>>
Cancer du sein : la recherche avance, l'espoir est là !
>>
Être végétarien permet de diminuer le risque de cancer colorectal
>> 
Le cancer est bien souvent le fruit... du hasard

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.