L'étude santé du jour : l'orgasme, remède contre le cancer de la prostate ?

Santé

SANTÉ - Un étude réalisée par des chercheurs de l'université d'Harvard a montré que les hommes qui éjaculent régulièrement ont moins de risque de développer un cancer de la prostate.

L'orgasme sexuel masculin est bon pour santé. A en croire une étude menée par des chercheurs de la prestigieuse université d'Harvard aux État-Unis, les hommes qui éjaculent régulièrement voient leur risque de développer un cancer de la prostate baisser de manière significative. Les résultats de leurs recherches ont été présentés en mai dernier lors de la réunion annuelle de l'Association américaine d'urologie.

Méthodologie : un échantillon de 32.000 cobayes
Les scientifiques ont suivi 31.925 hommes âgés de 20 à 49 ans tous en bonne santé pendant dix-huit ans. Entre 1992 et 2010, 3.839 patients ont développé un cancer de la prostate au sein de l'échantillon, dont 384 cas ont conduit au décès du patient. En analysant la fréquence des éjaculations de tous les cobayes, les chercheurs ont constaté qu'il existait un lien entre le nombre d'orgasmes et la probabilité d'avoir un cancer de la prostate.

Ce que l'étude a montré : éjaculez au moins 21 fois par mois
D'après les conclusions de leurs travaux, le fait d'éjaculer au moins 21 fois par mois fait chuter de 22% le risque de cancer de la prostate par rapport à ceux qui en ont eu 4 à 7 fois sur la même période. Les chercheurs ont émis plusieurs théories pour expliquer ce phénomène.

La première hypothèse est que l'orgasme permet d'évacuer certaines substances chimiques potentiellement cancérigènes présentes dans la prostate. L'autre explication serait qu'il favorise le renouvellement cellulaire et, par conséquent, limite le nombre de cellules anciennes qui auraient pu devenir cancéreuses.

Ce que ça va changer : l'abstinence sexuelle pourrait nuire à votre prostate
Le cancer de la prostate représente la première cause de cancer chez l'homme. En France, il concerne au total 300.000 hommes : 71.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année et cette maladie est à l'origine de près de 8870 décès, indique l'Institut national du cancer.

À LIRE AUSSI
>> Coucher avec plus de 20 femmes réduirait le risque de cancer de la prostate
>> L'aspirine, une arme contre le cancer de la prostate ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter