L'étude santé du jour : plus un aliment est dit sain, moins un enfant le mangera

L'étude santé du jour : plus un aliment est dit sain, moins un enfant le mangera

Santé
DirectLCI
ALIMENTATION - Pourquoi est-il si difficile de faire avaler aux enfants en bas âges des aliments bons pour leur santé ? Une étude américaine a percé ce mystère : ces derniers partiraient du principe qu'une nourriture ne peut pas être à la fois équilibrée et savoureuse. Les parents n'auraient donc pas intérêt à vanter leur qualité nutritionnelle.

Lorsqu’il s’agit d’inciter les enfants à manger des courgettes ou encore des épinards, mieux vaut faire preuve de psychologie. Mais pas comme on le pense. Selon une étude, les parents devraient en cacher les bénéfices de ces aliments plutôt que de dire qu'ils rendent plus forts ou plus intelligents. Telles sont les conclusions des travaux de chercheurs de la Booth School of Business à paraître dans le Journal of Consumer Research . Cette dernière affirme que si les enfants refusent une alimentation équilibrée, c'est simplement parce qu'une une fois qu’ils savent qu'elle est bénéfique, ils partent du principe qu'elle ne sera pas bonne.

Dans l’article "If it’s Useful and You Know it, Do You Eat ? Preschoolers refrain from Instrumental Food"*, le professeur Ayelet Fishbach démontre que "les enfants d’âge préscolaire pensent que la nourriture ne peut pas à la fois leur procurer une meilleure santé et être délicieuse, explique-t-elle Ayelet Fishbach. Par conséquent, leur expliquer que les carottes les feront grandir ou les rendront plus intelligents ou aimables a pour seul effet qu’ils ne veulent pas en manger. Si vous voulez qu’ils mangent des carottes, vous devriez simplement leur en donner en indiquant qu’elles sont délicieuses ou en ne disant rien".

Un phénomène qui disparaît avec l'âge


Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont réalisé une expérience auprès de 270 enfants. Chacun d'entre eux a écouté une histoire aux versions différentes : celle d'une fillette qui mangeait un en-cas. Dans certaines histoires, la fillette était intéressée par les aliments car ils étaient bénéfiques, dans d’autres, elle était intéressée par les aliments car ils étaient savoureux et dans le dernier cas, la raison de son choix n’était pas indiquée. Les chercheurs ont constaté que la plupart des enfants mangeaient plus de nourriture lorsque les aliments étaient présentés comme savoureux dans l'histoire.

D'autres enfants encore, mangeaient davantage après la version de l'histoire où la raison du choix de la fillette n’était pas indiquée. Mais en aucun cas quand il leur a été dit que la nourriture était bénéfique. Ce phénomène ne serait que temporaire car en grandissant, les enfants garderaient de moins en moins cette habitude de se fier à la saveur pour décider quoi manger, explique l'étude. Toutefois, les chercheurs précisent qu'il n'est pas rare de rencontrer certains adolescents qui continuent de penser comme des jeunes enfants, en rechignant à manger plus de six aliments différents.

*Si cela t’est utile et que tu le sais : en mangeras-tu ? Les enfants d’âge préscolaire refusent la nourriture saine

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter