L'étude santé du jour : pour garder la mémoire, faites l'amour 

L'étude santé du jour : pour garder la mémoire, faites l'amour 

Santé
DirectLCI
SEXO – Il semblerait que les personnes âgées de 50 ans et plus qui restent sexuellement actives ont de meilleures performances cognitives que les autres. Un résultat qui pourrait être expliqué par les hormones libérées lors d'un rapport sexuel.

Y a-t-il quelque chose en commun entre notre mémoire et notre vie sexuelle. A première vue, on serait tenté de répondre non, mais détrompez-vous. L'un pourrait fortement faire du bien à l'autre.

C'est ainsi qu'une équipe de chercheurs britanniques de l'université de Coventry a découvert que garder une activité sexuelle régulière après 50 ans pouvait améliorer les performances cognitives. En effet, le fait de faire l'amour protégerait contre les risques de démence ; les résultats de ces travaux, très significatifs, ont été publiés dans la revue Age and Ageing .

► Méthodologie : vie sexuelle et performance cognitives à la loupe
Pour comprendre le lien entre sexe et mémoire les scientifiques ont recruté 6800 personnes à travers toute l'Angleterre, hommes et femmes, âgés de 50 à 89 ans. Tous les participants ont renseigné un questionnaire sur leur vie sexuelle. Ils ont ensuite été soumis à des tests cognitifs tels que mémoriser et réciter une liste de mot à 10 minutes d'intervalles et compléter des suites de chiffres.

EN SAVOIR + >> Le régime méditerranéen est aussi bon pour votre cerveau

► Ce que l'étude a démontré : le sexe booste les capacités mémorielles
Après analyse des données et des résultats, l'équipe britannique a pu observer qu'une vie sexuelle active était synonyme de meilleurs résultats cognitifs. Ainsi, les hommes qui avaient une activité régulière avaient un taux de réussite supérieur de 23% sur les tests de liste de mot et de 3% sur les suites de chiffres. Pour les femmes, les scores étaient respectivement de 14% et de 2%. Ces chiffres restaient les mêmes, sans que les facteurs d'âge, de situation financière ou d'activité physique ne soient pris en compte.

► Ce qu'il faut en conclure : des hormones qui nous veulent du bien
Pour expliquer ces résultats très parlants, l'équipe de l'Université avance l'hypothèse selon laquelle les hormones libérées par notre organisme lors d'un rapport sexuel, à savoir la dopamine et l'oxytocine permettraient de solliciter la zone liée à la sensation de récompense de notre cerveau elle-même liée à notre mémoire. Mais les chercheurs vont plus loin en arguant que lors d'un rapport sexuel notre cerveau est très sollicité et que, comme chaque zone de notre organisme, il faut qu'il fonctionne pour ne pas se rouiller. Souvenez vous, on vous disait il n'y a pas si longtemps que cela que maintenir une activité physique tout au long de sa vie  repoussait les premières difficultés cognitives . Après tout, faire l'amour reste une activité physique comme une autre, non ? 

À LIRE AUSSI
>> Trop regarder la télévision nuit à votre cerveau >> Le cannabis altère le cerveau (surtout des jeunes) >> 5 aliments pour prévenir Alzheimer

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter