L'étude santé du jour : révolution dans le domaine des cellules souches ?

L'étude santé du jour : révolution dans le domaine des cellules souches ?

Santé
DirectLCI
SCIENCES - Des scientifiques japonais ont annoncé avoir trouvé une nouvelle méthode pour transformer des cellules adultes en cellules souches. Une technique qui pourrait changer le monde la recherche médicale car elle ne nécessite pas de manipulation de gène.

Leur incroyable potentiel n'a pas fini de nous étonner. Les cellules souches sont au cœur de nombreuses recherches scientifiques, pour leur capacité à restaurer les organes ou les tissus altérés et ainsi lutter contre toute une série de maladies (Alzheimer, cancers…). La dernière recherche en date pourrait véritablement changer la donne de la médecine régénératrice, qui n'en est qu'à ses débuts.

Des chercheurs du Riken Centre for Developmental Biology (Japon) sont parvenus à rajeunir des cellules matures en les ramenant à un stade similaire à celui de cellules souches embryonnaires. On parle de cellules souches lorsqu'il s'agit de cellules "mères" pouvant se spécialiser en une grande variété de cellules formant les divers organes (cœur, reins, cerveau…). Les cellules matures sont quant à elles des cellules adultes qui ne peuvent plus se différencier, et offrent donc un potentiel plus restreint pour les médecins.

Une technique simple et rapide

En 2006, le Professeur Shinya Yamanaka, de l’Université de Kyoto, avait montré que l’on pouvait reprogrammer une cellule mature, pour lui faire retrouver les caractéristiques d’une cellule souche embryonnaire. C'est cette découverte qui lui a valu le Prix Nobel de médecine en 2012, au côté du chercheur britannique John Gurdon. Ces chercheurs du Riken Centre for Developmental Biology ont poursuivi ces recherches, et ont découvert comment rajeunir des cellules matures par un moyen inédit, remarquablement simple et rapide.

A partir de globules blancs de nouveau-nés de souris, ils ont modifié l'environnement des cellules en les soumettant à un stress (manque d'oxygène, température, etc.). Pour se faire, ils se sont contentés de les plonger dans une solution acide pendant moins d'une demi-heure. Par la suite, ils les ont passées 5 minutes à la centrifugeuse, puis les ont immergées sept jours dans un milieu de culture. Ils ont obtenu un nouveau type de cellules, baptisées STAP (Acquisition de pluripotence déclenchée par stimulus).

Plus besoin d'embryons

Jusqu'ici, ce phénomène de régénération de cellules lié à une modification de l'environnement avait déjà été observé chez les plantes, mais jamais chez les mammifères. Ce procédé de reprogrammation a de quoi intéresser la communauté scientifique car il permet de se passer des techniques actuelles controversées  : le recours à des embryons ou à la manipulation d'un gène pour transformer une cellule spécialisée, prélevée sur un adulte, en cellules similaires aux cellules souches embryonnaires.

Outre les barrières techniques, cette méthode permettrait aussi de réduire considérablement le coût des expériences. A condition toutefois de démontrer que la méthode est sans danger et surtout faisable. Cette approche ne risque pas d'être testée sur des cellules humaines avant plusieurs années et encore moins d'être envisagée pour une application clinique : douze ans ont été nécessaires avant de faire le premier essai chez l'homme avec les cellules souches embryonnaires (créées en 1998) puis encore six ans avant de savoir transformer une cellule adulte spécialisée en cellule immature.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter