L'étude santé du jour - Selon votre humeur, vous ne voyez pas le même bleu

L'étude santé du jour - Selon votre humeur, vous ne voyez pas le même bleu

Santé
DirectLCI
LA VIE EN ROSE - D'après une nouvelle étude américaine, les personnes déprimées seraient moins sensibles aux couleurs que les autres. En cause, la dopamine, surnommé l'hormone du "bien-être".

Inutile de broyer du noir, il faut voir la vie en rose. D'après des scientifiques américains nos émotions peuvent influencer la manière dont nous voyons le monde qui nous entoure. Ainsi, les personnes déprimées seraient moins sensibles aux couleurs que les autres. C'est en tout cas la conclusion d'une étude menée par une équipe de chercheurs de l'Université de Rochester aux États-Unis, dont les résultats viennent de paraître dans la revue Psychological Science .

Méthodologie : regarder des extraits de films dramatiques ou humoristiques
Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont suivi 127 volontaires, répartis en deux échantillons. Le premier groupe de cobayes devait regarder un film dramatique (des extraits du Roi Lion de Disney) afin de susciter de la tristesse, tandis que le second a pu visionner une comédie censée entraîner la bonne humeur des participants. Ensuite, les cobayes ont du visualiser des panneaux de différentes couleurs. Puis, dans un second temps, les chercheurs ont fait regardé aux cobayes "joyeux" des extraits d'un film considéré comme "neutre" par les chercheurs.

Ce que l'étude a montré : une altération de la perception des couleurs bleu et jaune
Résultat, les personnes d'humeur triste avaient une plus mauvaise perception des couleurs que les autres, notamment au niveau de l'axe bleu-jaune. Les couleurs de l'axe rouge-jaune étaient quant à elles perçues de la même façon par tous les participants à l'étude. Au cours de la seconde expérience, encore une fois, les personnes tristes ont obtenu de moins bons résultats que les personnes à l’humeur neutre.

En cause ? La dopamine, une hormone présente dans le cerveau qui est secrétée quand une personne est heureuse. Non seulement cette "hormone du bien-être" est fabriquée en plus faible quantité chez les personnes souffrant de dépression, mais elle joue aussi un rôle au niveau de la rétine dans la perception des couleurs de l’axe bleu-jaune. "De précédents travaux ont mis évidence le fait que la perception des nuances de bleu et de jaune est liée à la sécrétion d'un neurotransmetteur, la dopamine", confirme le Dr. Christopher Thorstenson, psychologue et principal auteur de l'étude, dans un communiqué .

Ce que cela va changer : des tests de perception pour détecter les états dépressifs
Des recherches antérieures ont montré que l'humeur et les émotions d'une personne pouvaient même modifier la perception de l'espace et des formes. Dans le futur, des examens psychologiques, notamment pour détecter les états dépressifs, pourraient s’inspirer de ces travaux en utilisant des tests de vision des couleurs. D'autres recherches sont aujourd'hui nécessaires "pour déterminer la fiabilité et la généralisation de ce phénomène avant d'aller plus loin", estime le psychologue

À LIRE AUSSI
>> Ces daltoniens distinguent les couleurs pour la première fois
>> Une artiste veut prouver que la couleur est une illusion >> #THEDRESS : de quelle couleur est cette robe ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter