L'étude santé du jour : un adulte sur trois est en surpoids dans le monde

L'étude santé du jour : un adulte sur trois est en surpoids dans le monde

DirectLCI
ALIMENTATION - Selon un récent rapport, un tiers de la population mondiale est en surpoids ou obèse. L'organisme à l'origine de cette étude note une explosion du phénomène dans les pays en développement et appelle les gouvernements à agir davantage.

C'est la seule bonne résolution qu'il faudrait absolument tenir : garder sa ligne. Car si l'on en croit les conclusions inquiétantes d'un think thank britannique , une véritable épidémie d'obésité guette la population. Selon un rapport du cercle de réflexion, "The Overseas Development Institute", plus d'un adulte sur trois dans le monde est obèse ou en surcharge pondérale. En chiffre, cela donne 1,46 milliard de personnes, soit un pourcentage qui est passé de 23 % en 1980 à 34 % en 2008.

Pour en venir à cette estimation, les auteurs du rapport se sont basés sur une mesure définie par l'Organisation mondiale de la santé : l'indice de masse corporelle (IMC). Il correspond au rapport entre la taille et le poids. Un indice à partir de 25 est considéré comme signe de surpoids et à partir de 30 comme signe d'obésité. "L’IMC est une mesure simple du poids par rapport à la taille couramment utilisée pour estimer le surpoids et l’obésité chez l’adulte", précise l'Organisation à ce sujet.

"Un fardeau énorme pour les systèmes de santé"

Le constat est particulièrement flagrant dans les pays en développement, où le nombre de personnes en surpoids et obèses est passé de 250 à 904 millions de personnes. "Ce qui a changé c'est que la majorité des gens en surpoids ou obèses se trouvent aujourd'hui dans les pays en développement", souligne le rapport. Les pays à hauts revenus ne sont pas en reste, car la population en surcharge pondérale ou obèse a été multipliée par 1,7 pendant la même période (de 321 à 557 millions de personnes).

"Les taux de croissance de l'obésité et du surpoids dans les pays en développement sont alarmants", indique l'un des coauteurs de l'étude, Steve Wiggins. Ce dernier se fait pessimiste quant aux conséquences qu'un tel phénomène pourrait avoir. "Nous allons assister globalement à une très forte hausse du nombre de personnes souffrant de certains types de cancers, de diabète, d'accidents vasculaires cérébraux ou de crises cardiaques, faisant peser un fardeau énorme sur les systèmes de santé publics", met-il en garde.

Cinquième facteur de risque de décès

Pour chaque région du globe, le rapport a pu établir le taux de pourcentage de personnes touchées. Globalement 58 % des Européens sont obèses ou en surpoids, l'Amérique latine, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient ayant un taux équivalent. Sans surprise, l'Amérique du Nord, États-Unis en tête, compte 70 % des adultes touchés. "Le manque d'action est frappant comparé aux interventions publiques concertées menées pour limiter le tabagisme dans les pays développés", conclut Steve Wiggins.

Pour les auteurs du rapport, il est crucial que les politiques de prévention soient moins timorées, car l'adoption d'une meilleure alimentation est un véritable enjeu. L'OMS souligne que la surcharge pondérale et l'obésité sont le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial. Indirectement, un IMC élevé peut entraîner des maladies chroniques comme des maladies cardiovasculaires, le diabète et certains cancers (de l’endomètre, du sein et du côlon).
 

Plus d'articles