L'étude santé du jour : un million de nouveaux-nés meurent le premier jour

L'étude santé du jour : un million de nouveaux-nés meurent le premier jour

DirectLCI
MORTALITE INFANTILE - Un million de nouveaux-nés décèdent dans les premières 24 heures de leur naissance, chaque année dans le monde. Un triste constat dressé mardi par le rapport de l'ONG Save the Children qui rappelle que ces décès prématurés ne sont pas tous inévitables.

1 million le premier jour, 2,9 millions le premier mois
Certes, la mortalité infantile avant l'âge de cinq ans a été divisée par deux sur la planète depuis 1990, rappelle l'ONG Save the Children. En 1990, ils étaient 12,6 millions à mourir prématurément. Ils ne sont "plus que" 6,6 millions aujourd'hui. Néanmoins, l'ONG déplore dans un rapport qu'elle a publié mardi sur son site le "peu d'attention accordée à la lutte contre les dangers mortels auxquels font face les nouveaux-nés lorsqu'ils sont les plus vulnérables : à la naissance et au cours du premier mois de leur vie". En effet, un million de nouveaux-nés meurent dans les premières 24 heures qui suivent leur naissance, et 2,9 millions au cours des premiers 28 jours, selon les statistiques de 2012.

Manque d'accès aux soins pour les populations
Les causes de cette mortalité infantile importante sont bien connues des ONG comme des autorités sanitaires : naissances prématurées, complications au cours de la naissance, infections, autant de raisons qui pourraient être éviter si les mères et les nourrissons avaient accès à des soins qualifiés. Elle estime en outre que près de 40 millions de femmes accouchent tous les ans "sans l'assistance d'une sage-femme ou d'un autre agent de santé", qui auraient pu fournir une intervention "mineure", mais "cruciale". Par ailleurs, l'ONG note que dans plusieurs pays comme la République démocratique du Congo (RDC), les femmes doivent payer pour avoir accès aux soins maternels d'urgence.

Récemment, l'ONU et plusieurs ONG rappelaient également que près de 2,5 milliards d'humains n'ont pas accès à des sanitaires propres et à l'eau potable, entraînant de multiples pathologies mortelles pour de nombreux enfants (typhoïdes, diarrhées, choléra, hépatite A, etc.).

Sauver 2 millions de nouveaux nés par an 
"Déplorable", "inacceptable", l'ONG n'a pas de mot assez fort pour qualifier cette situation. Elle appelle ainsi les dirigeants du monde entiers, les philanthropes fortunés et les organisations humanitaires à s'engager sur cinq promesses en 2014 : signer une déclaration dans laquelle ils s'engagent à mettre fin à la mortalité infantile "évitable". 2 millions de nouveaux-nés pourraient ainsi être sauvés chaque année. Il faut aussi "faire en sorte que d'ici à 2025, chaque naissance soit assistée par des agents de santé formés et équipés", et accorder au moins 60 dollars de dépenses de santé par personne. Il faut enfin prendre en charge les équipements sanitaires et rendre gratuit les soins pour les mères, obliger le secteur privé et les entreprises pharmaceutiques à fournir et développer des solutions innovantes pour soutenir les populations les plus exposées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter