L’étude santé du jour : une activité physique régulière réduit le risque de cancer du sein

Santé
DirectLCI
CANCER DU SEIN - Pour les femmes ménopausées, et donc les plus exposées, courir au moins deux heures ou marcher 4 heures par semaine réduit de 10% le risque de développer un cancer du sein.

Les bienfaits de la marche à pieds sont connus depuis longtemps. Mais voilà qu’une nouvelle étude nous apprend qu’elle peut aussi prévenir le… cancer du sein. Pour les femmes qui sont déjà ménopausées, marcher tous les jours près de 30 minutes diminuerait de 10% ce risque, selon un article du journal Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.

Selon cette étude menée sur près de 60.000 femmes, il faudrait pour réduire significativement le risque de cancer du sein pratiquer une activité modérée (telle que la marche à pied à une vitesse d’environ 5 km par heure) au moins 4 heures par semaine (30 minutes quatre fois par jour), ou à défaut avoir 2 heures d’activité intense hebdomadaires (course à pied ou natation).

Avoir une activité pendant au moins quatre ans d’affilée

Pour la chercheuse Agnès Fournier, de l’Institut Gustave Roussy, qui a mené l’étude, “une activité physique régulière, même de faible intensité, semble diminuer rapidement les probabilités de développer un cancer du sein”, mais “il est difficile de déterminer à partir de combien de temps cet activité physique commence à avoir des effets”.

Des résultats ont été observés sur des femmes qui se sont exercées pendant au moins quatre ans d’affilée. En revanche, les femmes qui ont arrêté tout exercice depuis au moins 5 ans avaient 16% de risques de plus que les autres de développer un cancer du sein.

Peu importe votre poids

Comment les chercheurs ont-ils mesuré l’activité physique ? En utilisant le “ MET ” ou “équivalent métabolique”, une méthode qui permet d’attribuer un coefficient à toutes sortes de sports ou d’activités physiques humaines, telles que le ménage, la marche à pied, les jeux, la course, le vélo, etc. Un tableau des équivalences est donné par l’Inserm ou disponible sur Wikipedia.

Bon à savoir : le poids n’affectait pas les résultats de l‘étude. Si vous vous exercez, vous diminuez votre risque d’avoir un cancer du sein, embonpoint ou non. Vous n’avez donc plus d’excuses !


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter