L'étude WTF du jour - "Les femmes laides sont plus susceptibles de devenir lesbiennes"

Santé
SEXUALITÉ - Sexiste, vous avez dit sexiste ? Les femmes attirantes et instruites sont plus susceptibles de dire qu'elles sont "100% hétérosexuelles" que les autres, affirme une sociologue américaine, suscitant la colère des internautes. Bienvenue dans l'univers de la "junk science".

Les femmes jolies, éduquées et sans enfants ont plus tendance à se revendiquer "100 % hétérosexuelles" que les autres. Troublant... C'est pourtant la conclusion d'une étude menée par une sociologue américaine, qui vient d'être présentée par l'American Sociological Association, relayée par le site du magazine GQ . Ce qui revient à dire, en creux, que les femmes lesbiennes sont plus laides et moins instruites que les autres (!). De quoi susciter la colère de nombreux internautes sur les réseaux sociaux, notamment outre-Atlantique.

D'après l'auteure de l'étude, Elizabeth McClintock, professeure adjointe de sociologie à l'Université de Notre-Dame dans l'Indiana, "les résultats montrent que l'orientation sexuelle des femmes est peut-être plus souple et plus adaptable que celle des hommes". Pour arriver à cette conclusion, la sociologue a suivi 5018 femmes et 4191 hommes de l'adolescence à l'âge adulte. Puis elle leur a demandé d'évaluer leur attirance sexuelle à quatre moments leurs vie : êtes-vous un peu, beaucoup ou passionnément, hétérosexuel, homosexuel, ou bien bisexuel ? Oui, ce qui intéressait Elizabeth McClintock, c'était quand même de savoir qui couche avec qui. 

L'orientation sexuelle des femmes serait (en réalité) de l'opportunisme ?

En parallèle, la sociologue a analysé les facteurs tels que le niveau d'éducation, l'attirance physique ou bien encore le fait d'avoir une grossesse tardive. Sa théorie ? Les femmes jolies, instruites et sans enfant sont davantage susceptibles de recevoir des "attentions romantiques" de la part des hommes. Davantage sollicitées que les femmes laides, peu instruites et avec un enfant, elles auraient donc moins envie (ou besoin) de changer de bord... Autrement dit, l'orientation sexuelle des femmes serait en réalité de l'opportunisme.

Et quand on est trop moche et (donc) pas draguée par les hommes (qui, c'est bien connu, ne s'intéresse aux femmes que pour leur beauté), eh bien on se rabattrait sur d'autres femmes, en toute logique moches aussi (et "peu instruite", il ne faut pas l'oublier). 

EN SAVOIR + >> Pourquoi les bisexuels sont en moins bonne santé

Pour appuyer sa thèse, le Dr McClintock affirme se fonder sur des recherches antérieures suggérant que les femmes seraient plus nombreuses que les hommes à se déclarer ouvertement bisexuelles, et seraient aussi plus nombreuses à changer d'identité sexuelle au cours de leur vie. A l'inverse, "les hommes seraient moins souvent attirés par les deux sexes que les femmes, et surtout ils sont beaucoup moins sensibles aux attentions romantiques", note le Dr McClintock.

Les femmes resteraient donc hétéros tant qu'elles sont assez jolies pour qu'un mâle leur offre des roses. Quand au mâle, il serait beaucoup moins enclin à savourer ses congénères de même sexe parce qu'il n'apprécie pas les attentions romantiques (ça fait pédé). Elizabeth McClintock précise, toutefois, que cela ne laisse en aucun cas entendre que l'homosexualité est une option de secours pour les couples hétérosexuels. Au cas où des esprits malintentionnés verraient là-dedans des clichés sexistes. Nooon... 

Une mauvaise nouvelle, en conclusion, pour ceux qui en auraient, des clichés,  les hommes beaux ont un mauvais sperme

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter