Levothyrox : les premières assignations vont être déposées ce mercredi devant la justice

DirectLCI
SANTÉ - Plus d’une centaine d’assignations contre le laboratoire Merck vont être déposées ce mercredi devant la justice, dans l’affaire du Levothyrox. Le but de la manœuvre est d’obtenir une indemnisation rapide des malades.

Les plaignants de l’affaire du Levothyrox accélèrent. Leur avocat Me Christophe Lèguevaques a indiqué mardi que 108 assignations contre le laboratoire allemand Merck doivent être déposées ce mercredi devant la justice française (acte où le demandeur cite son "adversaire" à comparaitre devant le juge).  "Après ces 108 premières assignations, ce sont quelque 3 500 plaignants qui seront réunis à terme dans cette action collective et conjointe visant à obtenir rapidement l’indemnisation des malades", a-t-il indiqué à l’AFP.


Pour rappel, le laboratoire Merck Serono (filiale du groupe allemand dont le siège français est situé à Lyon) a mis sur le marché en mars une nouvelle formule du Levothyrox, médicament permettant de soigner l’hypothyroïdie ou accompagnant la suite d’une opération du cancer de la thyroïde. Or, celle-ci a entrainé chez certains malades de lourds effets secondaires, comme des crampes, des vertiges, des maux de tête, la perte de cheveux ou encore une fatigue intense.

"Nous voulons démontrer judiciairement la responsabilité des laboratoires Merck en raison d’un défaut d’information des patients sur les conséquences scientifiquement prévisibles du changement de formule du Levothyrox", indique Me Lèguevaques. "Les laboratoires Merck savaient que 5 à 7% des malades devraient faire face à des troubles plus ou moins importants. Ils ont eu très vite des retours en ce sens mais n’ont réagi que début octobre".


Le but de cette action collective – où selon l’avocat, "quelque 1 200 dossiers sont déjà en cours de constitution" et "une trentaine sont déposés chaque jour" – est de parvenir à une indemnisation rapide des malades. L’assignation sollicite une indemnité forfaitaire de 10 000 euros, "soit 5 000 euros de préjudice du défaut d’information et 5 000 euros provenant du préjudice d’angoisse".

En vidéo

Levothyrox : Agnès Buzyn estime que les patients n'ont pas été suffisamment informés

Trois millions de patients prennent ce médicament en France et 365 plaintes ont déjà été déposées après la mise sur le marché de la nouvelle formule. Des perquisitions ont eu lieu au siège de Merck à Lyon et au siège de l’Agence nationale de sécurité du médicament.


L’ancienne formule avait été remise sur le marché en quantités limitées au début du mois d’octobre, avant que la ministre de la Santé Agnès Buzyn indique que des médicaments de substitution seraient introduits à la mi-novembre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter