Levothyrox : un document sur l'utilité du changement de la formule en passe d'être dévoilé

DirectLCI
RÉVÉLATION - Un document dévoilant les effets indésirables de l’ancienne version Levothyrox et qui interroge l’utilité du changement de sa formule doit être rendu public ce mardi. Et suscite les questionnements des usagers de la santé.

De quoi relancer cette affaire ? Au printemps 2017,  le Levothyrox, le médicament prescrit à trois millions de Français afin de traiter les troubles de la thyroïde, a changé de formule. Ce qui a engendré par la suite les plaintes de patients sujets à des effets indésirables. 


Un document datant de 2012 et qui livre en détails les effets pervers de l'ancienne formule du médicament doit être rendu public ce mardi. En attendant, quelques extraits de ce compte-rendu réalisé par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont été dévoilés.

18 cas de déséquilibres de la thyroïde en deux ans

Comme le rapporte Le Parisien, qui s'en est procuré des passages, "la commission nationale de pharmacovigilance a glané les résultats d'une enquête dans laquelle elle recensait toutes les déclarations d'effets secondaires de la part des patients en 2012".  Ainsi, "de juin 2009 à juin 2011", quelque "18 cas de déséquilibres de la thyroïde" ont d'abord été comptabilisés. Ils s'ajoutent à "cinq cas d'hypothyroïdies  entre juillet et décembre 2011". En clair, ces 23 cas sont à l'origine de la modification de la formule du Levothyrox.


Ces informations suscitent les soupçons de Alain-Michel Ceretti,  président de France Assos Santé,  qui regroupe 80 associations d’usagers de la santé. "On parle donc de 23 cas d’effets indésirables validés sur deux ans, sachant qu’il y a trois millions de personnes qui le prennent chaque année ! Il est urgent de savoir qu’est-ce qu’espérait l’ANSM à ce moment-là [...] Il est temps d'avoir des rapports complets" a-t-il lâché, toujours à nos confrères du Parisien. " Si on a bougé pour 23, on pourrait attendre la même chose pour les milliers d'effets déclarés (ndlr : suite à la nouvelle formule)", ajoute-t-il.

Jointe par le quotidien, l'ANSM a indiqué que "si le nombre de cas est un outil, c'est un ensemble de données qui déclenchent des investigations plus poussées". "Parfois, un seul cas suffit à détecter des anomalies" a continué l’agence. "Grâce aux signaux, des analyses en laboratoire ont été menées et ont démontré une diminution de la teneur en principe actif dans le temps pouvant causer des déséquilibres" a-t-elle notamment déclaré. Ces données avaient ainsi causé le changement de la composition du médicament.


Des malades de la thyroïde ayant assigné en référé les laboratoires Merck pour obtenir des réponses sur la crise du Levothyrox doivent être fixés le 23 février prochain.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter