L'obligation de vaccination des enfants manque de clarté

L'obligation de vaccination des enfants manque de clarté

SANTE – L'autorité chargée de conseiller le gouvernement sur les questions de santé appelle à une refonte du système de vaccination. Elle recommande notamment la mise en place de vaccinations à l'école, et une plus grande cohérence dans les rappels après un vaccin obligatoire

La politique de vaccination des enfants en France est devenue "illisible" : c'est la critique lancée la semaine dernière par le Haut Conseil de la santé́ publique (HCSP), chargé de conseiller le gouvernement sur les questions de santé. Il ne nie pas l'efficacité des vaccins, mais demande une plus grande clarté dans son organisation. "La vaccination est l’action de santé publique la plus efficace. Outre son effet de protection individuelle, elle présente un intérêt collectif car, pour nombre de vaccins, elle permet de protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées", rappelle l'instance sanitaire. Pourtant, le dispositif public est devenu "complexes, illisible et inégalitaire", estime le HCSP.

Vaccination à l'école

Parmi les incohérences relevées dans la politique vaccinale, l'instance note que depuis cinquante ans, de nombreux vaccins ont été ajoutés au calendrier mais aucun n'a été rendu obligatoire. Et certaines obligations de vaccins chez les enfants ne sont pas suivies de rappels obligatoires chez les adultes. Pourtant, ces vaccins offrent une protection contre des maladies graves telles que l'hépatite B (1 300 morts chaque année par cirrhose et cancer du foie) et les papillomavirus (un millier de morts par an). Elle estime d'ailleurs que la vaccination contre les papillomavirus (HPV), devrait être proposée en milieu scolaire dès l'âge de 9 ans. L'autorité recommande de passer à une gratuité complète pour l'ensemble des vaccins obligatoires. Et d'administrer ces vaccins dans des lieux plus nombreux tels que les écoles, les maisons de retraites et les entreprises.

En France, plus de 90 % des personnes sont vaccinées. Le calendrier officiel a été simplifié en 2013 et trois vaccins restent obligatoires pour les enfants : ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Le HCSP demande un "renouveau de la politique vaccinale qui doit devenir beaucoup plus volontariste. (...) Le maintien ou non de l’obligation vaccinale en population générale relève d’un choix sociétal méritant un débat que les autorités doivent d’organiser", estime l'autorité. "Si ce principe est maintenu, la liste des vaccins obligatoires doit être révisée", poursuit-elle, précisant que "toute modification du régime des obligations devra s’accompagner d’une forte communication des autorités de santé mettant en exergue l’intérêt à vacciner et les risques de la non‑vaccination".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccin Omicron : 13 cas suspects en France

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.