Mort d'un enfant atteint d'une forme proche de la maladie de Kawasaki, une première en France

Un enfant de 9 ans est mort il y a une semaine à l'hôpital de la Timone des suites d'une pathologie proche de la maladie de Kawasaki. Un cas extrêmement rare, mais le lien entre ce syndrome et le Covid-19 semble désormais établi.
Santé

INQUIETUDE - Un enfant de 9 ans atteint d'une forme proche de la maladie de Kawasaki est décédé ce vendredi à Marseille, une première en France. 125 signalements de ce syndrome ont été relevés depuis le 1er mars.

Il s'agit du premier décès en France dans ces circonstances. Atteint des symptômes d'une forme proche de la maladie de Kawasaki décrite chez de jeunes patients ayant été en contact avec la covid-19, un enfant de 9 ans est mort à Marseille, a annoncé son médecin ce vendredi 15 mai. 

Décédé d'une "atteinte neurologique liée à un arrêt cardiaque", l'enfant avait "une sérologie montrant qu'il avait été en contact" avec le coronavirus mais n'avait pas développé les syndromes de la Covid-19, a précisé le professeur Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique de La Timone à Marseille. 

Le jeune patient, domicilié à Marseille, a fait "un malaise grave avec un arrêt cardiaque" chez lui avant d'être transporté dans ce service spécialisé. Il y a reçu "des soins pendant sept jours", et est décédé samedi, a précisé le médecin.

125 signalements en France

Dans son point hebdomadaire diffusé jeudi soir, l'agence sanitaire Santé publique France faisait mention du décès d'un "garçon âgé de 9 ans, présentant une comorbidité neuro-développementale", après une maladie inflammatoire ayant atteint son coeur et qui était sans doute liée au Covid-19. 

Ces trois dernières semaines, plusieurs pays ont signalé des cas d'enfants touchés par une maladie inflammatoire aux symptômes proches d'une affection rare, la maladie de Kawasaki, vraisemblablement liée au Covid-19. En France, 125 signalements ont été rapportés entre le 1er mars et le 12 mai, selon Santé publique France.

Lire aussi

Fortes fièvres et douleurs abdominales, comme symptômes

Plus de la moitié des cas ont été déclarés en Île-de-France. Un tiers avait entre 5 et 9 ans, un peu plus d'un quart entre 10 et 14 ans et autant entre 1 et 4 ans. Les symptômes sont une forte fièvre mal supportée, des douleurs abdominales et troubles digestifs, une éruption cutanée, une conjonctivite et la langue qui rougit, gonfle et prend un aspect de framboise. Ces symptômes sont proches de la maladie infantile de Kawasaki, qui entraîne une inflammation des vaisseaux sanguins. Toutefois, il existe des différences : le caractère inflammatoire et les atteintes cardiaques sont "beaucoup plus marqués" dans les cas suspectés d'être en lien avec le Covid-19, selon Santé publique France.

Interrogée sur LCI, Véronique Hentgen, infectiologue, pédiatre au centre hospitalier de Versailles, parle néanmoins d'un "phénomène rarissime" : "Il y a un lien épidémiologique entre la covid-19 et cette forme de maladie de Kawasaki, un syndrome qui peut naître avec un contact de covid-19 (...). Ces 125 cas sont arrivés trois semaines après le pic de l'épidémie en France et actuellement, on essaye de prouver que chez ces enfants, il y a vraiment eu une infection par la covid-19. On est en mesure de prouver que 70 d'entre eux ont été en contact avec la covid-19 (...) On essaye de comprendre comment le virus chez certains enfants peut déclencher cette forme de maladie particulière". 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Chez le petit garçon de 9 ans à Marseille, "on ne sait pas quels étaient les facteurs ayant fait que chez lui c'était plus grave que chez les 124 autres patients identifiés" poursuit l'infectiologue. "Il faut vraiment insister sur le fait que c'est une maladie rare voire exceptionnelle. Lorsque le traitement correct est fait, les enfants guérissent rapidement et se remettent.

Il faut "consulter quand les enfants ont de la fièvre pendant plus de deux jours et des signes associés", ajoute le professeur Fabrice Michel.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent