Maladie de Lyme : comment éviter de se faire infecter par les tiques

Santé

PRÉVENTION - La maladie de Lyme peut avoir de graves conséquences neurologiques. Elle est provoquée par la morsure d'une tique. Certaines précautions vous permettent de la traiter à temps voire de l'éviter.

La maladie de Lyme est au programme des députés ce jeudi 5 février 2015. L'objectif de la proposition de loi étudiée : améliorer le diagnostic et limiter le nombre de malades non soignés. En effet, cette affection est la première maladie vectorielle dans l'hémisphère nord. Entre 1986 et 2012, il y a eu en moyenne en France 27.000 nouveaux cas par an, souligne le Haut Conseil de la santé publique .

En forêt, vêtements longs et répulsifs

Il suffit de se promener en forêt pour risquer d'attraper la maladie de Lyme. Celle-ci est transmise par la morsure d'une tique infectée par des bactéries du nom de Borrelia – c'est pour cela que l'on parle aussi de borréliose de Lyme. Il n'existe pas de vaccin, donc "se protéger contre d'éventuelles morsures de tiques constitue la meilleure prévention", rappelle l'InVS. Cela suppose, lors d'une promenade en forêt, de mettre des vêtements longs et fermés, de couleur claire (ce qui permet de repérer plus facilement les tiques), et d'utiliser un répulsif de synthèse pour toutes les parties du corps découvertes.

Il est également important d'examiner l'ensemble du corps et du cuir chevelu pour repérer les tiques et, surtout, de bien les enlever. Pas d'éther ou d'autre produit chimique qui provoquerait la libération de la bactérie : le retrait de la tique "peut être réalisé à l'aide d'une pince fine ou simplement avec les ongles, en agrippant la tique le plus près possible de la peau". C'est seulement ensuite que l'on désinfecte et que l'on surveille l'apparition d'une rougeur dans les trente jours qui suivent.

Risque maximal dans l'Est en avril

Le risque de contamination est lié au nombre de tiques dans votre région et à leur taux d'infection (estimé à 12% en Europe). "La période de risque maximum se situe en avril, lors du pic d'activité des tiques", signale l'Institut de veille sanitaire (InVS) .

Les forestiers et les chasseurs sont les principaux groupes à risque, ajoute le Haut Conseil de la santé publique. Et l'est et le centre du pays sont plus touchés que les autres régions. Ainsi, en Alsace ou dans la Meuse, on peut dénombrer plus de 100 cas annuels pour 100.000 habitants (contre 36 à 43 cas au niveau national sur la période 1986-2012).

Traitement antibiotique précoce

Le traitement repose sur l'antibiothérapie et est d'autant plus efficace qu'il est prescrit précocement. Il permet en effet d'éviter l'évolution de la maladie :
Phase primaire : deux à trente jours après la contamination, un érythème migrant peut apparaître autour de la morsure de la tique infectante. Il n'est pas douloureux et ne démange pas. Il s'agit d'une tache rougeâtre qui grandit autour du point d'inoculation, lequel s'éclaircit, et prend ensuite la forme d'un anneau d'environ deux centimètres de diamètre.
Phase secondaire : quatre à six semaines après l'inoculation, des douleurs apparaissent dans la zone de la morsure. Ces manifestations neurologiques peuvent être plus intenses la nuit.
Phase tertiaire : peuvent ensuite apparaître des poussées d'arthrite, des douleurs neurologiques et des manifestations cutanées, qui peuvent conduire à des diagnostics erronés (sclérose en plaques, fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde...) et une errance thérapeutique.

EN SAVOIR + >> Ces petites bêtes si dangereuses pour l'homme

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter