Maquillage et masques d’Halloween : des substances à faire froid dans le dos !

Santé

SURPRISE – Une enquête de 60 millions de consommateurs révèle un cocktail de perturbateurs endocriniens dans la plupart des maquillages et masques pour enfants. Seuls quelques-uns ont passé le test avec succès.

Vampire, sorcière, fantôme…Pour Halloween, le déguisement est de rigueur ! Et pour parfaire son camouflage de l’horreur, le maquillage ou le masque aussi. A l’occasion de la fête des morts célébrée le 31 octobre, le magazine 60 millions de consommateurs a mené l’enquête sur ces derniers. Les résultats, publiés dans le numéro du mois de novembre, ont de quoi faire frissonner les parents qui tartinent le minois de leurs bambins, plus sensibles aux composés toxiques.

Des substances toxiques dans le maquillage

Sticks, crayons, maquillage à l’eau… tous contiennent des substances indésirables, voire même toxiques en cas d’expositions répétées, selon l'association. Parmi les ingrédients potentiellement dangereux :

-Des perturbateurs endocriniens : propylparaben, paraben, phénoxyéthanol… toutes ces substances sont suspectées de perturber le système hormonal et reproducteur. 

-Des cancérogènes possibles : en cause, du BHA, un antioxydant classé comme tel par le Centre international de recherche sur le cancer. Les huiles minérales issues de la pétrochimie et pouvant entrer en contact avec la bouche des enfants sont à proscrire. Elles sont indiquées sur les étiquettes sous la dénomination oil, paraffinum liquidum, paraffin ceresin, microcristalline wax/cera microcristalina, petrolatum ou ozokérite.

-Des allergènes : certains ingrédients comme le méthylisothiazolinone (MIT), présents dans les gels pailletés par exemple, peuvent provoquer des réactions très allergisantes. 

Les meilleurs élèves, comme souvent, sont les produits bio. Aucune molécule suspecte n’y a été retrouvée. 

Lire aussi

    Quelques surprises dans les masques

    Globalement, ils s’en sortent mieux et ne présentent pas de grand danger. Après avoir analysé le contenu de neuf d’entre eux, seuls deux révèlent des teneurs inquiétantes de métaux lourds, susceptibles de s’accumuler dans l’organisme. 

    - Le bisphénol A : l’ingrédient est interdit dans les contenants alimentaires mais pas dans les masques. Or, il peut y avoir un contact avec la bouche des plus petits. Le perturbateur endocrinien est présent dans le masque fantôme B.C.I.

    -Le DEHP : ce phtalate est présent dans le Disney Star Wars Kylo ren de Rubie’s. 

    Même si les teneurs sont réglementaires, l’association souligne que "la toxicité de ces substances peut s’exercer à faibles doses". Pour un Halloween sans sueur froide, le magazine rappelle d’utiliser ces produits avec modération et de ne jamais les appliquer sur les enfants de moins trois ans. 

    Lire aussi

      En vidéo

      Cosmétiques : attention aux dates de péremption

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter