Masques obligatoires dans la rue, coordonnées au restaurant et bulles sociales... Comment les Belges se protègent-ils du virus ?

Masques obligatoires dans la rue, coordonnées au restaurant et bulles sociales... Comment les Belges se protègent-ils du virus ?
Santé

SANTE - Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en Belgique, le gouvernement annonce de nouvelles mesures sanitaires. Les Belges, encouragés à ne pas voir plus de 15 personnes différentes par semaine, pourraient voir réduire ce nombre.

"Si les derniers chiffres concernant l'épidémie ne doivent pas nous affoler, ils doivent néanmoins être pris extrêmement au sérieux", déclare en conférence de presse, jeudi 23 juillet, Sophie Wilmès, Première ministre Belge. Alors que la Belgique connaît un rebond du virus, notamment Anvers, deuxième ville la plus peuplée du pays (près d’un cas sur deux ont été localisé là-bas), la cheffe du gouvernement a dévoilé de nouvelles restrictions sanitaires pour lutter contre le Covid-19, établi par un Conseil national de sécurité (CNS) rassemblé le matin même. 

Lire aussi

Au sommaire, des mesures semblables à celle de la France : port du masque obligatoire en lieux clos, voire dans les endroits ouverts mais à forte fréquentation. En revanche, notre voisin se distingue par des mesures plus étonnantes. Les restaurants et cafés devront par exemple demander à leurs clients de laisser leurs coordonnées afin de pouvoir les joindre si un cas déclaré était passé dans l'établissement.

La stratégie belge : la bulle sociale

En Belgique, il n' a jamais vraiment été, contrairement à la France, question d'un confinement total. Quand sa voisine d'outre-Quiévrainimposait de ne voir personne en dehors de son foyer, notre voisin belge autorisait au moins un "Buddy Confinement", une personne qui ne vivait pas sous le même toit, mais avec laquelle on pouvait s'adonner à certaines activités : courses, sport, promenade etc …  Depuis le déconfinement du 11 mai, le gouvernement mise sur "les bulles sociales", c'est-à-dire un groupe de personnes qu'il lui est autorisé de voir par semaine. De quatre personnes (d'un même foyer), elle est passée à 15 personnes le 1er juillet 2020. Objectif : limiter au virus de se propager. 

Aujourd'hui, une question se pose : devrait-on réduire le nombre de personnes dans les bulles sociales ? Les épidémiologistes y sont favorables. Erika Vlieghe, présidente du groupe d’experts en charge du bon fonctionnement du déconfinement préconise de le réduire à 10 personnes, même si le chiffre reste élevé. "Pour moi, le message doit être clair et nous devons le transmettre : moins il y a de contacts, mieux c'est, déclare-t-elle dans La Libre avant d’ajouter qu’“en réalité, même dix, c'est beaucoup".

Passer de 15 à 10 personnes ?

Si la ville d'Anvers a décidé de l'imposer, le CNS ne l'a pas retenue parmi ses mesures phares ce jeudi. En réalité, cette règle, difficilement respectée, ne serait que symbolique. "Faire passer la bulle à dix personnes pourrait être une façon simple de donner un signal clair à la population en ce qui concerne le sérieux de la situation. Faut-il réduire la bulle pour donner un signal ? Faut-il attaquer la vie privée des gens pour un signal ?" s'interroge la Première ministre Sophie Wilmès dans une interview pour Le Soir. 

Pour elle, toucher à la bulle sociale provoquerait une forme d’injustice. "La conclusion a été que ceux qui ne respectaient pas les règles n’allaient pas être plus convaincus. Par contre, il y a beaucoup de gens qui respectent les règles et qui, eux, diminueront encore leur bulle et seront désavantagés par rapport à des auteurs de comportements inadmissibles…" explique-t-elle.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Mais les jours ne se ressemblant pas, la restriction de la bulle sociale pourrait de nouveau être débattue ce lundi 27 juillet. Sur Twitter, Sophie Wilmès annonce que le Conseil national de sécurité se réunirait de nouveau pour établir des mesures nationales supplémentaires. La période 15 au 21 juillet a vu une augmentation record du nombre d'infections en Belgique : plus 63% avec en moyenne 215 cas diagnostiqués par jour, contre 131 la semaine précédente. S'il est l'un des pays qui compte le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rapport à sa population (85 décès pour 100.000 habitants), il est aussi celui avec le recensement des morts du coronavirus est l'un des plus exhaustifs du monde puisque sont intégrés les décès possiblement liés au virus sans que cela ait pu être prouvé par un test.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent