Médecine de guerre : un pansement révolutionnaire élaboré

Médecine de guerre : un pansement révolutionnaire élaboré

DirectLCI
SCIENCES - C'est une technologie innovante et relativement peu chère que vient d'acquérir l'armée américaine. Une seringue remplie d'une centaine de mini-éponges injectables au cœur de la blessure permet de stopper une hémorragie, qu'il est souvent difficile de soigner en urgence sur le terrain.

L'outil est simple mais susceptible de révolutionner la médecine de guerre : une seringue remplie d'éponges injectables directement dans la blessure peut stopper une hémorragie massive, une des principales causes de décès au combat. L'agence américaine du médicament (Food and Drug Administration, FDA) vient de donner son aval à la commercialisation de ce procédé. Appelée XStat, cette grosse seringue de trois centimètres de diamètre est remplie de 92 petites éponges expansibles ressemblant à des comprimés.

Une mini-éponge anti-hémorragie

"Le XStat est un outil nouveau qui peut être rapidement déployé, permettant un contrôle rapide de l'hémorragie pour stabiliser un blessé avant son transport", salue la FDA dans un communiqué. Les éponges sont injectées au cœur de la blessure, elles remplissent la cavité et font pression sur la source de l'hémorragie. En une quinzaine de secondes, elle est stoppée. Chaque éponge est couverte d'un produit la rendant visible aux rayons X pour éviter le risque de l'oublier dans la blessure.

"Il n'y a même pas besoin de faire pression", explique John Steinbaugh, directeur du développement de RevMedX, la start-up médicale qui a créé XStat. En 2009, l'armée a accordé une bourse de 5 millions de dollars à cette société pour mettre au point le système. "On a commencé avec de la mousse expansive, des gels, aucun ne marchait. C'est un collègue qui a eu l'illumination en pensant aux petites capsules pour enfants qui se transforment en "dinosaures géants" une fois plongés dans l'eau", ajoute John Steinbaugh.

Une utilisation pour de multiples cas

L'armée américaine a déjà commencé à passer commande et plusieurs armées étrangères s'y intéresseraient également. Car malgré les progrès médicaux, "l'hémorragie est la principale cause de mort sur le champ de bataille et l'une des formes les plus difficiles à endiguer (...), plus particulièrement celle qui provient de blessures profondes sur lesquelles il est impossible d'appliquer un garrot ou de faire pression manuellement", explique le Dr Anthony Pusateri, responsable du programme de recherche sur les hémorragies au Pentagone.

Cette seringue à éponges va vraisemblablement avoir des applications bien plus larges dans le domaine civil : la start-up a obtenu l'été dernier une bourse de la Fondation Bill et Melinda Gates. L'objectif est de mettre au point une version de la seringue adaptée aux hémorragies post-partum, soient de graves saignements qui surviennent essentiellement dans les deux premières heures qui suivent l'accouchement. Ils constituent l'une des toutes premières causes de mortalité maternelle dans le monde.

Plus d'articles

Sur le même sujet