Médicament contre l'alcoolisme : à peine autorisée, la vente du Baclocur déjà suspendue

Médicament contre l'alcoolisme : à peine autorisée, la vente du Baclocur déjà suspendue
Santé

IMBROGLIO - Deux jours après le début de la commercialisation sous contraintes du Baclocur, la justice a décidé de suspendre la vente de ce médicament à base de baclofène, utilisé pour traiter l'alcoolisme.

Deux jours d'autorisation, et puis plus rien. Mercredi, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a décidé de suspendre la commercialisation du Baclocur en tant que seul médicament à base de baclofène autorisé pour traiter l'alcoolisme. Depuis lundi, sa vente avait été autorisée par l'agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), sous conditions et à doses limitées. Mais la justice en a donc décidé autrement.

En cause, la controverse autour de la molécule baclofène. En effet, les autorités sanitaires mettent en garde contre les risques que peut causer le Baclocur, "un médicament pas anodin" qui "doit être manié avec beaucoup de précautions", avance l'ANSM. Selon elle, utilisé à fortes doses (plus de 180 mg par jour), le baclofène fait plus que doubler le risque de décès par rapport aux autres médicaments contre l'alcoolisme, et accroît de 50% le risque d'hospitalisation. C'est pourquoi initialement, l'agence a décidé de n'autoriser la prescription de Baclocur qu'à une dose maximale de 80 mg par jour, et après échec des autres traitements.

Le "risque de rupture de traitement" mis en avant par le tribunal

Mais de son côté, une association de patients, Baclohelp, juge que la dose limite imposée pour prescrire ce médicament est trop faible. Ce jeudi, la justice lui a donné raison. Le tribunal a justifié sa décision par le "risque de rupture de traitement" que la limitation des doses autorisées avec le Baclocur faisait courir aux patients qui prenaient auparavant des quantités plus importantes de baclofène.

Lire aussi

En attendant une décision sur le fond, ce jugement en urgence (référé) aboutit à un retour à la situation antérieure : d'autres médicaments à base de baclofène peuvent à nouveau être prescrits aux patients alcooliques, sans obligation légale de dose limite, a expliqué le tribunal dans un communiqué.

"Un sursis à l'arrêt des soins leur est accordé", a de son côté réagi Baclohelp, dans des propos rapportés par l'AFP, en jugeant toutefois "bien imprudent de se réjouir" puisque "cette suspension est une étape technique préalable" avant la décision sur le fond.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent