Médicaments déconseillés pour les enfants : trois questions pour les parents

DirectLCI
SANTÉ - Alors que l'association UFC-Que choisir publie ce jeudi une liste de médicaments inutiles ou dangereux pour les enfants, LCI a posé trois questions à l'une des auteures du dossier pour savoir quel comportement adopter quand un enfant est malade.

L'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir a mis en garde les parents contre de nombreux médicaments jugés inutiles ou dangereux pour les enfants, quel est le bon comportement adopter quand ces derniers sont malades ? Pour avoir quelques conseils, LCI a contacté une des deux auteures de ce dossier de l'association, Anne-Sophie Stamane.


Quels gestes adopter quand les premiers symptomes du rhume se manifestent ? Que dire à un médecin qui prescrit l'un des médicaments déconseillés dans le dossier ? Faut-il avoir peur de ne pas donner de médicament à un enfant malade ? Anne-Sophie Stamane répond à ces questions, en complément du dossier de l'UFC-Que chosir sur les médicaments à éviter pour les enfants.

LCI : Quels sont les premiers gestes à adopter quand son enfant commence à tousser ou avoir le nez bouché ?

Anne-Sophie Stamane : Les premiers gestes sont très simples. Pour un début de rhume, il faut laver le nez de l'enfant plusieurs fois par jour avec des dosettes de sérum physiologique. Ça marche pour le rhume, la toux et le nez bouché, car c'est le nez bouché qui entraîne la toux. Le traitement est simple, le geste est quelque peu technique. Il faudrait d'ailleurs demander aux médecins de l'expliquer aux parents. En effet, il faut que le liquide passe dans les deux narines de l'enfant et que ce dernier ne l'avale pas, car il est trop salé. Si l'enfant a peur, il ne faut pas hésiter à le faire sur soi ou sur son doudou, ou aller chez le médecin. Parfois, l'enfant va mieux l'entendre que ses parents.

En vidéo

VIDÉO - Automédication : quels sont les risques ?

LCI : Que dire à un médecin qui prescrit l'un des médicaments déconseillés dans le dossier ?

Anne-Sophie Stamane : Être confronté à un médecin qui prescrit trop, c'est très délicat. On n'a pas encore trouvé la façon de bien faire pour apporter la contradiction à son médecin. Mais il est déconseillé de faire soi même le tri sur sur l'ordonnance. On constate en revanche que la sur-prescription diminue, grâce à l'action des autorités de santé depuis plusieurs années. Si les enquêtes sur le sujet sont vieilles, on voit par exemple que les conseils concernant la toux sont entrés dans les mœurs.

Le médecin doit toujours être un interlocuteur en cas de douteAnne-Sophie Stamane

LCI : Que dites vous aux familles qui ont peur de ne pas donner assez de médicaments à leur enfant malade ?

Anne-Sophie Stamane : Le choix du médecin est très important. Il doit toujours être un interlocuteur en cas de doute. Il faut également toujours avoir sous la main le numéro du centre de santé le plus proche. Et ne jamais hésiter à appeler un médecin de garde, qui est aussi là pour rassurer.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter