Médicaments : les pharmaciens s'alarment de ruptures de stocks

Médicaments : les pharmaciens s'alarment de ruptures de stocks

PHARMACIES - L'Ordre national des pharmaciens constate des pénuries de plus en plus fréquentes concernant certains traitements, comme les vaccins ou les médicaments dermatologiques.

Ce sont des délais qui peuvent s'avérer dramatiques pour les patients. Auprès du Parisien, l'Ordre national des pharmaciens (ONP) tire la sonnette d'alarme concernant les ruptures d'approvisionnement récurrentes de certains médicaments. Les produits les plus touchés (Cf. tableau ci-dessous) sont les vaccins, les traitements cardio-vasculaires, pour la ménopause ou encore les produits dermatologiques. "Depuis 2006, les professionnels de santé de tous les pays notent une hausse importante du nombre de ruptures d'approvisionnements de médicaments dans les officines mais aussi dans les établissements de santé", dénonce l'ordre

Entre février 2015 et novembre 2016, l'ONP a ainsi recensé pas moins de de 199.862 déclarations de ruptures - à savoir des produits indisponibles sous 72 heures. Selon l'Agence nationale de sécurité du médicament, le nombre de déclarations a été multiplié par dix en cinq ans. Pour certaines prescriptions, comme les vaccins, le délai peut facilement dépasser trois mois. Or, préviennent les officines, "ces ruptures d’approvisionnement sont susceptibles d’entraîner un problème de santé publique avec la mise en jeu du pronostic vital".

Circuit de distribution dans le viseur

Pourquoi ces pénuries ? Les professionnels listent entre autres des difficultés liées à "la mondialisation de la fabrication dans une seule usine pour tous les pays" et des évolutions au niveau du circuit de distribution. Avant 2008, le marché était administré par des grossistes "dont l'obligation était d'avoir en référence au moins 90% des médicaments, de livrer en moins de 24 heures, de prévoir des astreintes le week-end et de disposer d'un stock de deux semaines", rappelle l'ONP. Depuis, s'ils assurent toujours 90% de la distribution, ces distributeurs se trouvent désormais en concurrence avec les laboratoires. 

Pour remédier au problème, la loi de Modernisation du système de santé prévoit de demander aux acteurs des plans d'alerte et de gestion. Les pharmaciens sont ainsi en train de développer une plateforme professionnelle d'information sur les stocks, selon Le Parisien.  

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

Une campagne pour promouvoir les médicaments génériques

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Zemmour multiplie les attaques contre Le Pen, qui réplique

Présidentielle 2022 : sur LCI, Marine Le Pen dénonce la "division" et les "propos outranciers" d'Éric Zemmour

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.